Dour 2016: notre sélection jour après jour

12/07/16 à 12:27 - Mise à jour à 12:26

"Dour, c'est l'amour" mais c'est surtout un line-up éclectique et propice aux dilemmes. Avec près de 300 artistes répartis sur neuf scènes pendant cinq jours, c'est inévitable, vous ne pourrez pas tout voir. Focus vous aide à y voir plus clair.

Dour 2016: notre sélection jour après jour

Notre programme pour vous guider au festival de Dour, même si on sait très bien comment vous allez terminer. © dourfestival.tumblr.com

Si certains festivaliers aiment se laisser porter entre les scènes de la Plaine de la Machine à Feu, d'autres préfèrent préparer un minimum leur "séjour" au festival de Dour. Oui, ça dure quand même cinq jours maintenant... Electro, punk, hip-hop, rock, rap, la programmation mêle têtes d'affiches confirmées et petites pépites à découvrir depuis 27 ans. Encore plus cette année avec la nouvelle scène (la neuvième!) du nom de Cubanisto Dancing. Une sorte de mini Red Bull Elektropedia Balzaal pour les nouveaux prodiges électro où chaque jour Salut c'est Cool offrira un set de 3h. Ils seront déjà présents mercredi sur la Last Arena pour démarrer le festival avec notamment DC Salas, The Vaccines et Netsky. Pour le reste, suivez le guide.

Jeudi 14 juillet

Il faudra se lever tôt jeudi pour voir les trois jeunes pousses d'Ulysse sur le Jupiler Dance Hall à 14h. Tout sera magnifique ensuite avec l'étrange personnage au crâne rasé venu de France, Jacques, que les organisateurs ont placé au Labo, sans surprises. Pour les rockeurs, les Belges de Black Heart Rebellion se produiront au même moment sur la Cannibal Stage. Petit tour curieux à la Last Arena pour voir ce que le jeune phénomène MHD a dans le ventre vers 16h30. Ensuite, c'est le premier vrai dilemme. Douceur avec Rhye à la Petite Maison dans la Prairie ou électro funky de Pomrad au Jupiler Dance Hall?

On repart de plus belle à 19h45 devant Flavien Berger au Labo qu'on quittera directement (voire plus tôt) pour capter la fin de Brant Bjork, ancien batteur de Kyuss, à la Cannibal Stage. On campera ensuite de 21h30 à 00h30 à la Petite Maison dans la Prairie pour voir Mac DeMarco et Fatima Yamaha en attendant la tête d'affiche du jour, The Prodigy, leur première à Dour. Oups, on rate les deux autres grosses têtes d'affiche du jeudi, Wiz Khalifa et Rudimental... C'est grave docteur? La fin de soirée (ou le début de la nuit) se partagera entre le Baron de la Techno, Dave Clarke, sur la scène Jupiler, et l'Allemand funky de MCDE à la Petite Maison.

Vendredi 15 juillet

Le lendemain commence fort avec la triple juxtaposition Victoria+Jean, Oyster Node et Caballero & JeanJass, suivie de Sharko sur la Last Arena. Le binôme montois La Jungle nous réveillera ensuite à 18h15 au Labo avant de profiter du rap east coast de Mobb Deep. Un classique à ne pas manquer sur la scène principale. Suivi du rap made in France de Jazzy Bazz jusque 21h à la Boombox. Mais on jettera volontiers un oeil curieux au Labo pour les allumés du Colisée de 19h45 à 20h45.

La soirée du vendredi ne sera que dilemmes: le phénomène aux sonorités asiatiques mais venu de Caen, Fakear, contre la folk mélodieuse et nostalgique des Liégeois de Dan San, puis la turbulente Canadienne Peaches à la scène Jupiler contre le rock envoûtant de Poliça à la Petite Maison dans la Prairie. Un petit aperçu de Floating Points au Jupiler Dance Hall, avant de se tirer les cheveux entre Ta-Ku qui voyage entre électro, hip-hop et new soul, et la techno minimale de Kollektiv Turmstrasse. Pour terminer ce troisième jour, on passera par la Balzaal pour la nouvelle étoile montante de la techno, Boris Brejcha, qui se produit en même temps que Four Tet et Hayden James. Argh.

Samedi 16 juillet

On respire enfin le samedi mais les plus courageux démarreront dès 13h20 pour Roméo Elvis x Le Motel suivi de Woodie Smalls à la Boombox. On voyagera ensuite entre la Petite Maison dans la Prairie et La Labo pour voir, dans l'ordre, FEWS, J.C. Satàn, King Khan & The Shrines, Allah-Las et, en fin de soirée, les Londoniens de Django Django.

Sur la Last Arena, la musique envoûtante de Sigur Rós rappellera qu'il n'y a pas que le foot en Islande alors qu'Underworld viendra défendre son nouvel album Barbara Barbara, We Face A Shining Future, vingt ans après le titre mythiqueBorn Slippy. Pour bien terminer la soirée, on profitera des DJ bruxellois Stereoclip, au Jupiler Dance Hall, et Lefto, à la Boombox, si vous n'avez pas encore eu l'occasion de voir le fidèle barbu présent (presque) chaque année à Dour depuis 2002.

Dimanche 17 juillet

Pour le dernier jour du festival, rendez-vous à 14h au Jupiler Dance Hall pour la chaleur de Témé Tan, suivie de Clément Bazin, le nouveau protégé du label Nowadays Records (La Fine Equipe, Jumo, Fakear et Douchka qui se produira à la Cubanisto le soir-même), ou du hip-hop hardcore d'Ho99o9 à la Petite Maison dans la Prairie. On ira également dire Bonjour à Vald à la Boombox alors que les Canadiens de Suuns succèderont aux cinglés originaires du New Jersey. Sur la Last Arena, DJ Premier mettra tout le monde d'accord jusque 19h30.

Mais la tête d'affiche de ce dimanche est sans conteste les Pixies, pour qui on gardera des forces, même si John Talabot, David August, The Subways et Konono n°1 se partagent l'heure précédente. Pas de répit par contre pour la suite et fin du programme avec Acid Arab en live à la Petite Maison, Etienne de Crécy et enfin Mr. Oizo qui clôture la 28e édition du festival le plus célèbre de Wallonie.

Retrouvez le line-up et timetable complets sur le site du Dour Festival.

Nos partenaires