Dop Massacre: "T'imagines si j'avais joué dans La Grande vadrouille?"

08/11/17 à 09:45 - Mise à jour à 10:51
Du Le Vif Focus du 03/11/17

Vendeur (à la FNAC), barman (dans Dikkenek) et DJ (Saucisse) à ses heures perdues, Dop Massacre sort une compile belgo-française pour célébrer son cher rock'n'roll. Accroche ta ceinture, tich...

Jette. 18h40. L'Excelsior. À peine sorti de la gare, on reconnaît de dos Dop Massacre, alias DJ Saucisse. Une espèce de cowboy rock'n'roll qui a la dégaine d'Elvis et la démarche de Lucky Luke. Dop, c'est le meilleur vendeur de la FNAC. Le mec qui t'amène au rayon punk quand tu cherches du Coldplay et qui te fait acheter du Stooges quand tu voulais du Céline Dion. Dop, c'est le type qui a envoyé péter Bono quand il a essayé de lui tirer une clope en plein concert. "Il ressemblait à un baba punk. Je lui ai dit: "Sorry, manneke, j'en ai plus que sept pour la soirée."" Celui qui a mangé un stoemp saucisse avec The Cure. "On a même pogoté ensemble sur les Sex Pistols." Et qui s'est fait remonter les bretelles par les Ramones quand il avait 16 ans, parce qu'il avait dézingué quelques sièges du Théâtre 140. "Ils font pas de rappel: on n'était pas bons! Du coup, "Ramones, Ramones...": on saute sur les fauteuils et on casse les fauteuils. Je te jure. Ils reviennent et ils jouent trois morceaux. C'était terrible. Là, je remonte et je croise Bob Geldof des Boomtown...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires