Django Django: "Les Monty Python ont fait avec l'humour ce qu'on essaye de faire avec la musique"

09/11/12 à 16:29 - Mise à jour à 16:29

Monty Python de la pop écossaise? Beach Boys du siècle nouveau? Beta Band ressuscité sur le dancefloor? Django Django, c'est un peu tout ça à la fois. Et un concert à l'AB, retransmis en live streaming sur notre site.

Django Django: "Les Monty Python ont fait avec l'humour ce qu'on essaye de faire avec la musique"

© DR

"J'adore l'idée qu'on puisse nous fredonner sous la douche. D'ailleurs, les enfants aiment notre album. Les enfants et les chiens." Installé sur une terrasse d'Austin, pendant South by Southwest, Tommy Grace se met à aboyer et éclate joyeusement de rire. Tommy est claviériste au sein de Django Django. Groupe écossais rigolo, inventif, remuant et jouette qui sort la pop de sa morosité actuelle dictée par l'appât du gain et le clonage éhonté. "Nous voulons mêler la pop à l'avant-garde, enchaîne le leader, batteur, producteur David MacLean. Créer une musique assez directe pour être dansante, abordable, immédiate, et assez bizarre pour être excitante."

Dans une industrie qui se mord la queue, Django Django joue l'empêcheur de tourner en rond. "La pop music est dictée par les prophéties des labels et des radios. Ils décident de ce qui va être boosté, joué et de ce qui va marcher. Heureusement, certains passent entre les mailles du filet. Prince, les Neptunes, Missy Elliott, Outkast... Ça, c'est la pop qu'on aime. Les Beatles, Elvis, la Motown ont expérimenté avec les micros, les amplis, développé des idées en matière d'enregistrement. Aujourd'hui, la pop est cynique. Elle copie des hits pour t'en vendre d'autres. On ne vit pas dans ce monde-là. Il nous ennuie."

Si les Django Django ont un point commun, c'est leur goût de la créativité débridée, de l'expérimentation loufoque, leur quête éperdue de nouveaux sons... Les zigotos ne cachent pas leur amour pour les productions de Joe Meek et de Brian Wilson, le "Black Devil Disco Club" Bernard Fèvre et les débuts du synthétiseur... Ils louent leur frère de label Connan Mockasin, le dubstep de Ramadan, Wale, production hip hop de Diplo, ou encore Jam City sur l'écurie Night Slugs. "On aime autant la techno que le calypso, le reggae, le rock'n'roll ou le jazz", insiste Tommy. "On adore les choses originales. La musique que les gens n'ont jamais entendue. Les sonorités qui choquent. Qui interpellent. Les textures venues d'ailleurs, poursuit son comparse. En gros, quand ton oreille et ton cerveau te trahissent. Qu'ils ne sont plus en mesure de te dire ce que tu entends."

Sacré Graal

Comme leurs compatriotes de Franz Ferdinand, les Django Django (rien à voir avec Django Reinhardt) se sont rencontrés dans une école d'art fin des années 90. Pas celle de Glasgow, celle d'Edimbourg. Ils se sont ensuite retrouvés par hasard à Londres en 2006. L'un y avait suivi sa petite amie sculptrice, l'autre était entré au Chelsea College of art... "C'est une si grande ville que tu peux donner bien plus de concerts que chez nous. En même temps, la vie y est tellement chère que tu dois bosser pour pouvoir y rester. Ce qui te laisse peu de temps pour enregistrer ou faire tout ce dont un groupe a besoin. Tu pourrais penser que ça nuit à ta créativité mais c'est tout le contraire. Tu es dans l'action."

Entre leur job d'architecte, de graphic designer, de DJ, les Django Django ont mis en boîte un disque (lire la critique). Trois ans se sont néanmoins écoulés depuis la sortie de leur single Storm. "On a fait notre écolage. Un peu comme on suit un cursus universitaire. Faut pas croire qu'on peut enregistrer son premier album en un mois et deux, trois coups de baguette magique. Faut apprendre. Apprendre comment structurer des chansons, comment concevoir des harmonies..." A fortiori quand on tient à l'artisanat, au contrôle, à sa personnalité... Django Django y est irrésistiblement attaché. "Peu importe si les gens s'étaient fatigués d'attendre. On ne voulait pas du mec qui gère tout à ta place. Il y a toujours quelqu'un de meilleur que toi dans ce que tu fais. Alors quoi, tu l'embauches et lui files du fric? Ce n'est définitivement pas comme ça qu'on voit la vie."

L'album tout entier a été enregistré dans la chambre de Dave. Chacun à son tour, tant l'endroit est étriqué. Les lascars l'ont bricolé. Allant jusqu'à utiliser des noix de coco comme percussion. Oui, comme les Monty Python. "Quand Vinnie (Neff, chanteur et guitariste, ndlr) m'a fait écouter Love's Dart, j'ai tout de suite pensé au désert. A un mec qui le traverserait sur son canasson. Et j'ai repensé à Sacré Graal. Au roi Arthur et à son valet qui imite le galop d'un cheval avec des noix de coco."

Les Django seraient-ils les Monty Python de la musique? "En tout cas, ils ont fait avec l'humour ce qu'on essaye de faire avec la musique. Avec Terry Gilliam, ils étaient particulièrement surréalistes. Les Python, c'est l'humour pour le cerveau. Pas le gag ras du slip. Je pense qu'on a un côté artistique et lettré; puis un autre complètement cinglé qui se moque de lui-même."

On repense, nostalgique et excité, au défunt et déglingué Beta Band, en écoutant les délires de Django Django. Plus qu'une coïncidence, le frère de Dave, John, en était le claviériste. "On est tous les deux DJ's. On s'est tous les deux inscrits dans une école d'art. Puis on a tous les deux grandi avec la collection de disques de nos parents: Fleetwood Mac, Neil Young, Jimi Hendrix, Bob Dylan, Buddy Holly, Eddie Cochran..." A 13 ans, Dave mixait même déjà avant les concerts de son frangin et de ses potes. "On me demandait sans cesse ma carte d'identité... J'ai assisté à leurs enregistrements aussi. C'était fabuleux. Le Beta Band a été une grande partie de ma vie. D'où les similarités. Ils étaient dans le surf et le rock. Disons qu'on est plus dans le disco, la house, l'électro..." Certes. Mais tout aussi barjots.

En savoir plus sur:

Nos partenaires