Concours Circuit: l'interview speed dating de LoKa and the Moonshiners

02/09/16 à 11:23 - Mise à jour à 11:23

Après Valeero, Mantra Suicide ou encore El Cadzi, c'est le duo comique de LoKa and the Moonshiners qui passe l'épreuve de l'interview en sept minutes, avant les éliminatoires du Concours Circuit.

Concours Circuit: l'interview speed dating de LoKa and the Moonshiners

Sous les masques ou derrière les arbres, aux côtés du chanteur et guitariste Laurent Buscaglia: Jason Burtally (batterie et percussions), Salvatore Canicatti (basse, clavier) et Hugues Peeters (clavier). © LoKa and the Moonshiners

Entre US et UK, le coeur de LoKa et de ses moonshiners balance, tiraillé entre la folk chaleureuse de l'un et la scène swinging London et garage cradasse de l'autre. C'est qu'à la maison, on fait le tour du monde en trois disques: des chants congolais dans le salon, les Thee Oh Sees en cuisine et un solo des Kinks sous la douche. Sur scène, un buvard psychédélique sur la langue plus tard, le groupe joue avec la répétition des motifs de percussions en quête de transe, se couvre de réverb' pour faire croire à un mirage de voix et expérimente l'hypnose à coups de lignes de synthé lancinantes. Entretien ping-pong avec les cool dads de LoKa and the Moonshiners Laurent Kanyinda Buscaglia et Jason Burtally.

Si votre musique était un plat, on se gaverait de quoi, à vos concerts?

Jason Burtally: De pizzas margherita...

Laurent Buscaglia: ...avec beaucoup de piments!

J.B.: Dans le fond, c'est tendre et dur à la fois et puis on y ajoute un tas d'épices qui viennent de partout. On est plus cuistots que musiciens, dans ce groupe!

L.B.: Mais il faut que ça arrache un peu quand même.

Plutôt vinyles, CD ou MP3?

J.B.: Vinyles!

L.B.: Tout.

Du coup, qui est pour vous le meilleur disquaire belge?

J.B.: Elektrocution et Taille 33, les deux. Je les mets à ex-æquo parce qu'il y a dans les deux des potes, donc je ne peux pas les départager.

L.B.: Taille 33 aussi! Ce sont des voisins, en plus.

Le nom de groupe le plus cool à vos yeux?

J.B.: Kiss the Anus of a Black Cat!

L.B.: Cool? Thee Oh Sees.

J.B.: Oui, mais ça c'est parce que t'es un fan aussi!

L.B.: C'est pas cool en plus, mais c'est ma réponse.

Quel artiste décédé auriez-vous aimé rencontrer?

J.B.: Aaah, Kurt Cobain.

L.B.: Sky Saxon! C'était le chanteur-compositeur des Seeds. Il est mort il n'y a pas si longtemps.

J.B.: C'est étonnant qu'il ait vécu aussi vieux, d'ailleurs!

L.B.: Après un petit séjour dans l'espace, il était d'ailleurs revenu pour quelques concerts... C'est un monsieur que j'aurais beaucoup aimé rencontrer.

J.B.: Amy Whinehouse, ça aurait été sympa de lui parler, aussi. Ca devait être quelqu'un d'assez simple, au fond.

L.B.: Ca dépend de ce que tu avais dans les poches!

Y a-t-il un son que vous détestez tout particulièrement?

J.B.: Les profs féminins qui ont une voix haut perchée, le matin.

L.B.: Et qui en plus ont de longs ongles qu'elles font crisser sur le tableau!

Quelle est votre pédale d'effets préférée?

L.B.: Je joue beaucoup avec la delay, mais en ce moment j'aime bien la wah, parce qu'elle me crade bien le son juste comme je le veux.

J.B.: À l'ancienne!

Une lecture essentielle pour tout bon artiste qui se respecte?

J.B.: Par où commencer? Je ne peux pas en donner qu'une! Murakami et son 1Q84, Rimbaud et Une saison en enfer, Poèmes saturniens de Verlaine...

L.B.: La dernière phrase du prologue dans Les travailleurs de la mer, c'est digne d'un jazzman. Il y a un flow incroyable dans cette phrase qui dure au moins quinze lignes! Elle est hyper belle.

Et quel documentaire musical est selon vous un immanquable?

L.B.: Sur Sundance TV, ils ont des docus musicaux incroyables.

J.B.: Moi, j'aime bien Hype!, le docu sur l'histoire de Seattle prise par les majors qui bouffent groupes après groupes, simplement parce que d'autres, comme Nirvana, fonctionnent. C'est vraiment très bien amené et on se rend compte que ça peut être adapté à plein d'autres villes: dès qu'une ville a le vent en poupe, on peut pomper l'énergie de ses groupes jusqu'à les rendre complètement amorphes.

Influences: The Seeds, The Black Angels, The Oh Sees, The Kinks,

Date: 9 septembre 2016

Lieu: Le Vecteur à Charleroi

Autres participants: Monolithe Noir, Neufchâtel, Wuman, Glass Museum

Nos partenaires