Concours Circuit: and the winner is...?

19/12/14 à 09:28 - Mise à jour à 09:35

Source: Focus

Qui remportera la grande finale du Concours Circuit, le principal tremplin rock du sud du pays? Réponse ce samedi 20 décembre, au Botanique.

Concours Circuit: and the winner is...?

Thyself, Mambo, Forest Bath, Maw/Sitt/Sii et Alaska Gold Rush © DR

On y est: six mois après avoir lancé l'appel à candidatures, le Concours Circuit cuvée 2014 s'apprête à rendre son verdict. La grande finale aura lieu au Botanique, à Bruxelles, le 20 décembre prochain. Au départ, ils étaient plus de 250 groupes inscrits à ce qui reste le plus important tremplin rock en fédération Wallonie-Bruxelles, l'équivalent du Humo rock rally flamand. Au Bota, ils ne seront plus que cinq à prétendre pouvoir succéder à Billions of Comrades au palmarès du concours. Concrètement, les finalistes se succéderont en alternance entre la Rotonde et l'Orangerie, pour des courts concerts de 30 minutes. Premier constat: si le Concours Circuit a laissé tomber l'appellation pop/rock, histoire de brasser encore un peu plus largement dans tous les courants de l'alternatif, ses finalistes, aussi divers soient-ils, restent finalement assez proches de l'idiome "rock". L'autre évidence étant que, pour avoir assisté aux demi-finales, le niveau de l'édition 2014 est particulièrement relevé. Une raison supplémentaire de venir jeter une oreille au Bota...

Thyself

On pensait l'idée un peu enterrée: celle d'un rock alternatif consistant, chercheur sans être trop cérébral, héroïque sans tomber dans le pompier. Formé de quatre ingénieurs du son, Thyself est là pour démentir l'affirmation. Le groupe tourne en effet autour d'un rock sombre et tendu. Il suffit d'aller regarder le clip de Behind Clouds. On pense forcément à Radiohead première période. Sur son bandcamp, Thyself cite encore Portishead, Queens of the Stone Age, Archive ou James Blake dans ses influences. Un poil trop parfait comme listing? Sauf que sur scène, Thyself ne se contente pas d'aligner les références mais réussit à incarner sa musique, enchaînant les morceaux à haute charge inflammable.

Mambo

Mambo, c'est pas du chachacha (on ne s'en lasse pas, désolé). Affiliés au bouillonnant collectif liégeois Honest House, les quatre de Mambo font plutôt dans le math-rock explosif (façon Honey for Petzi). Formé d'anciens membres de Casse Brique, Volt Voice, Frank Shinobi ou encore Horson, le groupe a déjà quelques kilomètres au compteur et de l'expérience à revendre. Sans que cela n'entache la fraîcheur du propos. On ne s'ennuie en effet jamais avec Mambo, incapable de rouler droit, adepte du zigzag et de la fulgurance inattendue. Il y a précisément un an, les gusses sortaient un premier album en digital, intitulé Bertier. On y retrouve notamment les titres Claude le Sagouin ou Renfort caisse. Tout un programme...

Forest Bath

C'est la seule (!) représentante de la gent féminine parmi les finalistes. Forest Bath est le projet musical de Joanna Lorho, jeune illustratrice-auteure de BD-réalisatrice de clip d'origine bretonne et installée à Bruxelles. Récemment, elle présentait au cinéma Nova son premier court métrage, intitulé Kijé. Un film d'animation crayonné image par image, et dont elle a également composé la musique. Dans la foulée, l'exercice a amené à la création toute récente de Forest Bath. Soit une formule piano-voix (parfois accompagnée d'un violoncelliste) à laquelle Lorho donne une texture volontiers dark et onirique. On pense forcément à des figures comme An Pierlé, Julia Holter, ou plus encore Joanna Newsom.

Alaska Gold Rush

Tapez Alaska Gold Rush sur Google images, et vous tomberez sur des dizaines de vieux clichés noir et blanc du début du siècle passé: des décors américains enneigés, des flancs de montagne couverts de conifères filiformes, et des ombres barbues, gueules d'atmosphères en quête du pactole. Des photos qui cadrent parfaitement avec le propos musical du duo (bruxellois, même si leur Downtown Movies dit le contraire) formé par Renaud Ledru et Alexandre De Bueger. Le premier chante et gratte la guitare, tandis que le second frappe les fûts. Deux, ce n'est pas beaucoup, mais assez pour filer un roots rock des grands espaces qui, sur scène, semble couler de source.

MAW//SITT//SII

Maw//Sitt//Sii a déjà remporté un prix: celui du nom de groupe le plus improbable. Voire carrément imprononçable (même entre eux, les membres de M//S//S ne sont pas d'accord). L'énigme cache un quatuor (qui compte notamment... Alexandre De Bueger à la batterie, quand il ne tient pas celle d'Alaska Gold Rush). Dans ce cas-ci, le groupe conçoit clairement le rock comme une grande aventure épique. Naviguant entre lyrisme "mathématique" et digressions post-rock, Maw//Sitt//Sii cultive surtout des envolées tribales euphorisantes (le morceau Doves//&Tigers), emballées par un frontman (Christophe Willems) particulièrement habité. BRNS like it.

LE 20/12, AU BOTANIQUE, BRUXELLES. INFOS: WWW.COURT-CIRCUIT.BE

Nos partenaires