Chaton, la vulnérabilité passée à l'auto-tune

14/03/18 à 14:07 - Mise à jour à 14:08
Du Le Vif Focus du 08/03/18

Au fond du trou, laminé par des années passées dans les coulisses de la variét' française, Simon s'est réinventé en Chaton, ronronnant des chansons osant l'auto-tune. Et une certaine vulnérabilité.

Ceci n'est pas un disque, c'est une île. Le genre de musique fabriquée en autarcie, seul dans son coin, là où les chansons sont moins composées qu'expulsées, voire expurgées. "Cet album, je l'ai écrit du fond de la piscine", glisse ce jour-là celui qui se fait appeler Chaton. Perché au dernier étage d'un hôtel bruxellois, il est venu chanter une paire de titres devant quelques journalistes curieux. Devant lui, un micro et quelques machines. Dans son dos, les toits gris de la ville. "Au bord de la faillite/Je continue d'écrire des poésies", lâche-t-il en contre-jour, la voix chancelant sous l'auto-tune. Dehors, la neige se met à tomber...
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires