Bob Dylan, Neil Young, les Stones... Le retour des papys du rock

23/12/16 à 09:14 - Mise à jour à 09:19

Source: Focus Vif

Quel rapport entre un concert historique de Dylan en 1966, le nouveau Neil Young et les Stones en cure blues préhistorique? Peut-être que vieillesse et archivisme musical ne sont pas forcément des naufrages.

Dans une récente interview accordée à un journaliste US, Keith Richards affirme qu'il est noir. "Demandez donc aux frères...", précise-t-il avec son fameux rictus de pub vivante pour la momification. Un autre truc revient alors en tête: les images de Muddy Waters rejoint par les Stones sur la minuscule scène d'un club de Chicago en 1981, pour une version lente et humide de Baby, Please Don't Go, morceau déjà râpeux des années 30. Pièce parmi d'autres d'une bio stonienne chargée de mariages électriques avec la musique noire: Richards est bien un Bounty inversé, blanc à l'extérieur et noir ailleurs. Donc les Stones 2016 faisant un album de reprises de blues, cela incarne autant le péché de fainéantise -même plus foutus de composer leurs propres titres- qu'un simple constat biographique d'amour sincère du genre. Désormais septuagénaires -c'est prévu pour Ron Wood en 2017-, les Stones surprennent depuis leur retour scénique en 2012 par ce qu'il faut bien qualifier de vitalité: combustion énergétique a priori davantage liée à l'âge juvénile qu'au troisième, elle arrose généreusement Blue & Lonesome malgré le répertoire puisé dans les grottes du blues américain, d'Howlin' Wolf à...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires