Boards of Canada - Tomorrow's Harvest

01/07/13 à 17:07 - Mise à jour à 17:09

AMBIENT | 2013, année des come-backs. Depuis janvier, pas un seul mois ne s'est écoulé sans qu'il faille noter le retour d'artistes disparus depuis un moment de l'actualité musicale.

Boards of Canada - Tomorrow's Harvest
Boards of Canada - Tomorrow's Harvest

© DR

Certaines réapparitions ont pu se faire avec fracas: David Bowie ou Daft Punk. A l'instar de l'inespéré 3e album des savants bruitistes de My Bloody Valentine, l'annonce d'un nouveau Boards of Canada s'est faite elle relativement plus discrète. Cela faisait pourtant huit ans (The Campfire Headphase) que le duo écossais n'avait plus donné de nouvelles significatives.

Entre-temps, rien n'a changé dans la grammaire mise en place au fil des années par Marcus Eoin et Mike Sandinson. A cet égard, comme My Bloody Valentine à nouveau, Boards of Canada laboure toujours les mêmes champs sonores, laissant de côté tout effet de surprise. Un aveu de faiblesse, un accès de facilité? La musique de BOC demande pourtant toujours plusieurs écoutes avant de décanter. Du temps pour décortiquer les 17 vignettes que compte Tomorrow's Harvest, souvent très courtes, faussement simples. Si Jacquard Causeway est ainsi le seul morceau à dépasser les six minutes, il résume bien la démarche et le son de l'album. Comme ces nappes de synthés vintage qui régulièrement barrent vers des ambiances seventies éthérées (White Cyclosa, Cold Earth, Collapse...). A la fois cotonneux et angoissant, Tomorrow's Harvest navigue ainsi en eaux troubles, disque certes cérébral mais qui, comme un film de Lynch, ne peut s'apprécier qu'une fois le cerveau gauche mis en veilleuse.

Boards of Canada, Tomorrow's Harvest, distribué par Warp.

En savoir plus sur:

Nos partenaires