Bloc Party - Four

17/09/12 à 15:48 - Mise à jour à 15:48

Bloc Party - Four

BLOC PARTY, FOUR, DISTRIBUÉ PAR FRENCHKISS. **

ROCK | On pensait l'affaire clôturée. Ou en tout cas mal embarquée. Voilà pourtant le groupe de Kele Okereke de retour, officiellement plus en forme que jamais.

ROCK | On pensait l'affaire clôturée. Ou en tout cas mal embarquée. Après un disque inaugural pétaradant (Silent Alarm, 2005), Bloc Party avait certes réussi à passer le cap du 2e album sans trop de casse, mais s'était pris les pieds dans le 3e, l'essai poussif de renouvellement d'Intimacy (2008). Ce dernier devait lancer le groupe sur de nouvelles pistes: il a surtout montré à quel point il était écartelé, entre son son originel et les envies plus électroniques de son chanteur/leader Kele Okereke. C'est donc sans surprise qu'on enregistrait la "pause" annoncée par Bloc Party en 2009. Sans nouveau contrat, on ne donnait pas forcément cher de la peau du groupe londonien.

Le voilà pourtant de retour, officiellement plus en forme que jamais. Les escapades des uns et des autres (Okereke a notamment sorti un premier album solo) ont apparemment fait du bien, permettant à chacun d'assouvir ses envies persos. Du coup, le sobrement intitulé Four démarre sur les chapeaux de roue avec So He Begins to Lie et ses guitares en vrille. Le single Octopus confirme le regain de forme, 3x3 une certaine fougue. Il y a en effet une envie manifeste d'en découdre. Mais cela ne fait pas pour autant un grand disque. Plombé par quelques guitares lourdingues (Coliseum), ou au contraire coupable de légèretés (Day Four), Four se banalise assez vite. Difficile de nier que Bloc Party retrouve ici un certain "sens de l'urgence". Mais il sonne comme un voeu pieu, une posture, davantage qu'un réel retour de fulgurance.

En savoir plus sur:

Nos partenaires