Bat for Lashes - The Haunted Man

05/11/12 à 17:02 - Mise à jour à 17:02

POP | Sur la pochette de son 3e album, Natasha Khan (Londres, 1979) apparaît entièrement nue, portant sur ses épaules un homme couvrant ses contours les plus féminins.

Bat for Lashes - The Haunted Man

BAT FOR LASHES, THE HAUNTED MAN, DISTRIBUÉ PAR EMI. ***

EN CONCERT LE 29/11 À L'ANCIENNE BELGIQUE, BRUXELLES.

POP | Sur la pochette de son 3e album, Natasha Khan (Londres, 1979) apparaît entièrement nue, portant sur ses épaules un homme couvrant ses contours les plus féminins. Le cliché est signé Ryan McGinley (le noir et blanc n'étant pas sans faire penser à celui du premier Patti Smith). Si le message n'était pas encore assez clair, Khan ajoute dans les notes de pochette: "This is an album of healing, of being glad to be alive and letting go of the ghosts." Après deux premiers disques marqués par son excentricité, quelque part entre Kate Bush et Björk, Bat for Lashes serait donc prête à essayer la simplicité, enfin apaisée. Le single crève-coeur Laura, écrit avec Justin Parker, coauteur du Video Games de Lana del Rey, en est la preuve la plus spectaculaire.

Ailleurs pourtant, The Haunted Man se révèle toujours aussi complexe, un peu rêche même. De loin, malgré la voix toujours plus expressive de Khan, les humeurs new wave le plongent régulièrement dans un brouillard épais. Il ne se dissipera qu'avec les écoutes successives. C'est un peu le paradoxe de l'album: revendiquer à la fois la transparence, la mise à nu, et une certaine distance arty. La tête et le coeur. L'équation n'est pas évidente, une vraie quête du Graal. Mais quand Bat for Lashes parvient à résoudre l'énigme (Oh Yeah, The Haunted Man...), elle atteint alors des hauteurs susceptibles de marquer durablement les esprits.

En savoir plus sur:

Nos partenaires