André Brasseur, le plus gros hit belge de tous les temps qui ne voulait pas être McCartney

24/03/16 à 10:13 - Mise à jour à 09/06/16 à 11:12

Source: Focus Vif

Le label flamand N.E.W.S. ressort de l'ombre les impétueux instrumentaux du Wallon André Brasseur, auteur du tube sixties Early Bird et champion de l'orgue Hammond sidéral. À revisiter.

La conversation roulait déjà depuis près de deux heures autour de multiples jattes de café et des biscuits à profusion lorsqu'André Brasseur s'est attablé à l'orgue. Deux cents kilos de mécaniques et de broches, un double clavier, une carcasse en bois (usagé) et des rangées de tirettes pour faire varier la note. Plus des pédales à rendre dingue Eddy Merckx. Le monsieur placide de taille moyenne, qui ne fait pas le moins du monde ses 76 ans, s'est alors jeté sur son monstre électromécanique et un son énorme a déchiré les entrailles de Wépion. Nettement plutôt marron que fraise, le truc. Mais encore? Des vagues de gras et des bataillons d'aigus affolés s'engouffrent comme du bon cholestérol dans les artères, y compris celles des oreilles, stupéfaites du souffle ainsi déployé. Littéralement, ce Hammond A100, "acheté en 1963 avec sa cabine haut-parleur Leslie, pour environ 300.000 francs belges, soit à l'époque le prix d'une Porsche", installe une présence musicale hyper-physique, alternativement caressante et carnassière. "Quand je l'ai acquis dans les années 60, le Hammond avait mauvaise réputation parce qu'il était ringard, démodé, davantage synonyme d'instrument d'église ou d'accompagn...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires