Tablettes numériques: carrés magiques

13/12/11 à 12:44 - Mise à jour à 12:44

En un an à peine, les tablettes roulent des mécaniques et s'imposent comme liseuses web (et bien plus encore) semi-nomades de plus en plus incontournables.

Un vrai raz de marée en 2011. Avec bientôt un million d'unités vendues, les tablettes numériques s'invitent plus rapidement que prévu dans le paysage de l'homo numericus belge. Dans le sillage de l'iPad, des dizaines de concurrents aux produits souvent moins onéreux garnissent les étals de la grande distribution.

Avant de jeter son dévolu sur un modèle, il faut faire un choix de taille... Si l'iPad a popularisé le format 10 pouces (25,4 cm), pratique pour consulter un magazine à bonne échelle (A4), les globe-trotters apprécieront des formats plus réduits. Pour relever des emails ou surfer sur Internet, une tablette de 7 ou 8 pouces (de 18 à 20 cm) suffit. A la clé, un gain de poids certain avec moins de 500 grammes sur la balance sans sacrifier pour autant à l'autonomie (5 à 8 h).

Il est tentant de voir dans ces appareils le support idéal pour emporter partout avec soi une discothèque comme une vidéothèque. Quoi de plus pratique pour occuper des enfants pendant un trajet en voiture? Mais attention, ils n'offrent pas tous la même facilité. Pour faire le plein de dessins animés, l'iPad impose de passer par un ordinateur. Avec les concurrents, pour peu qu'ils soient dotés de ports USB et/ou micro-SD, un simple copier-coller entre un disque dur externe et la mémoire interne suffit.

Reste qu'en termes de logiciels, les fameuses applis, personne ne rivalise encore avec l'offre pléthorique de l'iPad. Non seulement, la grande majorité des éditeurs (presse, édition, jeux vidéo) développent en priorité pour Apple mais, quand ils daignent porter leur production sur des tablettes Android, c'est au prix d'un travail trop souvent bâclé. Heureusement, certains fabricants (Archos, Asus) proposent, de série et sans surcoût, une sélection de logiciels indispensables.

Parce que là encore l'iPad règne sans partage, les grands fabricants d'accessoires comme Belkin, Targus ou Logitech délaissent les tablettes concurrentes. Difficile de trouver une housse ou un clavier compatible avec les appareils fonctionnant avec l'OS d'Android. Idem pour les stations d'accueil audio. Mais les temps changent. La venue de mastodontes asiatiques comme Samsung, et sa Galaxy Tab, commence à changer la donne. Le marché s'ouvre et il était temps. Et la guerre commerciale s'annonce déjà pour les fêtes de Noël. Une aubaine pour s'équiper au meilleur prix.

Amaury De Laroque

En savoir plus sur:

Nos partenaires