"One Single Life", le jeu de l'Apple Store à usage unique

18/04/11 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Disponible gratuitement pour iPhone, iPad ou iPod touch, "One Single Life" ne se joue qu'une seule fois. De quoi stresser les joueurs habitués aux nombreuses vies.

"One Single Life", le jeu de l'Apple Store à usage unique

© FreshTone Games

Dans un jeu, si le joueur se plante, il recommence le niveau: point barre. Personne ne meurt réellement et en même temps, heureusement, il faut en avoir pour son argent. Le problème soulevé par Anthony O'Dempsey est qu'il n'existe pas de réelle peur ou anxiété dans les jeux vidéo. La mort ne représente rien. En 2009, il explique sur son site: "La raison pour laquelle je n'ai jamais été vraiment effrayé par un saut périlleux dans un jeu d'aventure à sensation était que, juste en bas, je savais que la pire conséquence possible était de recommencer le niveau ou de retourner au dernier point de sauvegarde."

De cette constatation, en découle One Single Life. Disponible gratuitement dans l'Apple Store, le jeu ne peut se jouer qu'une seule et unique fois (sauf si on désinstalle et réinstalle l'application, mais comme le concept est tout l'intérêt du jeu, à quoi bon?). Le joueur incarne un petit bonhomme en chemise-cravate qui doit sauter de toits en toits sans s'éclater entre les deux immeubles. Un coup de pouce (ou d'index) sur l'écran, le personnage court, un autre et il saute. Le joueur a droit à des essais avant chaque saut fatidique.

Simple et efficace, cette expérience gratuite est à essayer absolument. En se laissant prendre au jeu, la poussée d'adrénaline se fait vite sentir. Chaque saut peut être le dernier. L'application se permet d'ailleurs de le rappeler avant toute tentative. Et si cela ne suffisait pas, le pourcentage de réussite est noté à chaque départ. Petit à petit, la vigilance baisse, le pousse glisse, le bonhomme tombe pour s'éclater au sol: mort pour de bon, il est temps de trouver une excuse pour avoir échoué après cinq petits niveaux de misère.

Thibault Richard (stg.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires