La mort annoncée de Windows Live Messenger

06/11/12 à 12:20 - Mise à jour à 12:20

Microsoft va prochainement arrêter le service de messagerie Live Messenger (anciennement MSN Messenger) au profit de Skype. Le groupe américain avait racheté le logiciel de messagerie vocale en 2011 pour 8,5 milliards de dollars, somme record pour le géant de l'informatique.

La mort annoncée de Windows Live Messenger

© Microsoft

Auriez-vous parié sur la mort de Live Messenger au profit de Skype il y a cinq ans? C'est pourtant ce qu'annonce le site Internet The Verge, citant des sources proches de Microsoft. Rien d'officiel pour le moment, l'annonce devrait tomber dans la semaine. Depuis le rachat de Skype en 2011, le géant de l'informatique n'a de cesse de travailler sur la meilleure intégration de son nouveau logiciel sur son OS Windows. Le travail semble accompli avec la sortie il y a peu de Windows 8.

Mais le géant ne laisse pas tomber sa messagerie pour autant. Microsoft a réalisé le retard technologique qu'avait son ancien logiciel de messagerie. Sur Live Messenger, il fallait encore que les deux personnes soient en ligne pour qu'un message puisse être envoyé. Une limitation dépassée il y a des années par Skype et pratiquement tous les autres logiciels de messagerie instantanée. Étant conscientes du problème, les équipes de Microsoft ont modifié en profondeur le code de Skype depuis six mois pour accueillir à l'avenir Live Messenger. Actuellement, plus de 80% des messages instantanés envoyés via Skype ont été transférés par Messenger. On assiste à une fusion entre deux logiciels pionniers de leur secteur.

En plus du rachat de Skype, la mort de Live Messenger est fortement due à l'apparition de Facebook. Le réseau social de Mark Zukerberg n'a cessé d'évoluer son service de messagerie pour au final rendre obsolète la plupart des concurrents. La guerre entre Facebook et Microsoft n'est cependant pas à l'ordre du jour, Facebook intégrant depuis plusieurs mois maintenant Skype à sa messagerie en ligne.

Nicolas Giner (stg.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires