Indie Game Festival, le salon des refusés

02/05/12 à 12:28 - Mise à jour à 12:28

Quel point commun entre la méditation transcendantale, l'ASCII art et une petite fille de 5 ans? L'Indie Game Festival 2012 et sa galerie de jeux indés que le jury a délaissés. Freaks welcome.

Indie Game Festival, le salon des refusés

© DR

L'Indie Game Festival 2012 a fermé ses portes et remis ses prix depuis un mois. Mais derrière les vainqueurs (voir Focus du 16 mars dernier), plus de 500 productions indés sont restées sur le carreau. Parmi celles-ci, de nombreux cas atypiques et attachants à l'image de Sissy's Magical Ponycorn Adventure. Plus qu'une aventure pour hipster à la recherche de créatures entre poney et licorne, ce point & click un peu fou prend des allures de belle histoire de famille. Ses dessins et certains de ses doublages ont en effet été réalisés par une petite fille de 5 ans du nom de Cassandra. Aidée par son père pour le reste...

Egalement jouable gratuitement en ligne, Wonderputt fera briller les yeux des (grands) enfants. Ce minigolf d'apparence classique recycle avec talent les codes visuels d'une infographie scolaire d'écosystème en 3D. Le tout pour dérouler des parcours changeant avec humour et en temps réel la topographie des terrains. Un jet de pixels sépare les couleurs pop acidulées de ce 18 trous au trip LSD de Medsitations. Son créateur, un prof d'art (et de game design) un peu new age sur les bords, propose au joueur de se relaxer en dirigeant un oeil dans un flux de pensées et d'émotions. A essayer gratuitement sur iPhone et iPad.

Sexy ASCII

Le jeu vidéo indé tente également de rassurer nos états d'âme avec Keys Of A Gamespace. An expressive game. Développé à Metz par Sébastien Genvo (ex-Ubisoft), ce point & click aux airs de tableau naïf entend mettre en avant les "dilemmes moraux résultant des problèmes psychologiques, sociaux et culturels qu'un individu peut rencontrer dans sa vie". Les joueurs peinant à diriger leur vie s'entraîneront ensuite sur Krautscape. Cette course à bord d'un engin roulant et volant (temporairement pour des raccourcis) construit en effet en temps réel ses tracés. L'astuce? Lorsque le coureur de tête tourne à gauche, un virage se créé en temps réel dans la même direction, obligeant ainsi les concurrents à emprunter la même voie.

Les private jokes geek et retrogaming envahissent également la culture des jeux indés au festival de San Francisco. L'ASCII art trouve ainsi un prolongement ludique savoureux sur Chaos Stream. Ce shoot them up utilise en effet le mythique jeu de caractères pour dessiner explosions, éléments du décor et autres vaisseaux ennemis avec talent. Moins radical, mais tout aussi rétro, Vision mise sur la patine jaune/vert baveuse et pixélisée de la première Game Boy pour une aventure introspective baignant dans un univers musical inspiré par Boards of Canada.

To The Moon emprunte de son côté les codes visuels 16 bits des Secret Of Mana au fil d'un RPG où des scientifiques tente d'inculquer un ultime souvenir à un vieillard mourant: celui d'un voyage sur la lune. Erreurs graphiques et cubiques baveuses fréquentes sur consoles vintage, le Glitch se glisse enfin dans l'esprit de GlitchHiker. Soit une mise en abîme demandant de sauver le jeu (et la terre) en les évitant, en posant des bombes et en récoltant des pièces. Un titre qui efface les frontières entre sa propre fiction et la réalité du joueur. Jamais bug n'a été aussi savoureux.

Michi-Hiro Tamaï

Nos partenaires