Ape Escape sur PS Move: monkey business

30/08/11 à 12:19 - Mise à jour à 12:19

RAIL SHOOTER | Sirène sur la tête, Ape Escape se balance sur la corde à linge au fil d'un rail shooter malin mais bâclé et trop court utilisant le PS Move. On fait la grimace.

APE ESCAPE, ÉDITÉ PAR SONY COMPUTER ENTERTAINMENT EUROPE ET DÉVELOPPÉ PAR SONY COMPUTER ENTERTAINMENT, ÂGE 3+, DISPONIBLE SUR PLAYSTATION 3 AVEC PLAYSTATION MOVE. **

Ape Escape sur PS Move: monkey business

© PG

Les hurlements délicieusement énervants des singes d'Ape Escape résonnaient pour la première fois sur PlayStation 1, il y a 12 ans. Habillé d'un scénario enfantin mais intelligent explorant la condition humaine façon Planète des Singes, ce platform game d'infiltration savoureux fut le premier jeu à utiliser à fond les 2 joysticks du Dual Analog Controller, nouveau joypad de la console de Sony. Déplacement du héros à vitesse variable avec le stick de droite et coup de filet pour attraper les maudits macaques avec celui de gauche. Une recette imparable. Logiquement, le jeu de Sony revient cet été sur PlayStation Move et tente de démontrer l'intérêt du nouveau périphérique. A tort ou à raison?

L.C. Waikiki must die

L'air de rien, Ape Escape a récolté un joli succès puisqu'il s'est décliné en film d'animation en Asie et a multiplié les apparitions clin d'oeil dans Everybody's Golf 4, LittleBigPlanet mais aussi Metal Gear Solid 3: Snake Eater. Reste qu'après un second et un troisième épisode sur PS2, la saga de la mascotte officieuse de Sony (voir encadré) traçait parallèlement son chemin sur PlayStation Portable, sans grand intérêt.

L'arrivée sur PS Move n'inverse pas la tendance et mise sur une prise en mains des plus basiques excluant toute approche plate-forme, malgré les possibilités de déplacement offertes par le second périphérique du PS Move. On fait la grimace.

On se contente donc ici d'un rail shooter, soit un jeu vu à la première personne où le joueur attrape ou vise les maudits macaques en brandissant la PS Move et en ne se préoccupant pas des déplacements de son personnage, à l'exception de quelques mouvements limités de la tête. Au-delà du filet attrape-singes, une poignée d'autres armes complète l'attirail du chasseur. Un aspire-primates (au pouvoir limité dans le temps) maximise les prises sans peine tandis qu'un éventail attrape des points de vie "banane" et autres bonus disséminés dans les décors lors des déplacements.

Le lance-pierre sert, lui, les mêmes desseins mais permet également de récupérer ses bananes in extremis, lorsqu'après une prise ratée, un macaque tente de s'enfuir avec celles-ci. Malin comme un singe, Sony propose également d'utiliser l'accessoire pour assommer et tenir à distance les insupportables têtes de cupcake, lorsqu'elles pullulent. Hérité du premier épisode, ce gameplay ne décolle finalement pas, d'autant que son level design se révèle assez plat et que sa durée de vie fond comme neige au soleil (malgré une difficulté corsée et quelques mini jeux laxatifs). Las. On finit par balancer le PS Move dans tous les sens pour augmenter ses chances de prise au filet. La précision du contrôleur n'est pas mise en cause, mais bien la perspective, difficile à appréhender pour attraper les macaques au bon moment. Attrapez-les tous? Pas vraiment.

Michi-Hiro Tamaï

Histoire de Mascotte

Excepté Sonic et Mario qui se sont récemment réconciliés dans Mario & Sonic aux Jeux Olympiques, aucun constructeur de console de jeu vidéo n'a réellement voulu (pu?) imposer de mascotte. Crash Bandicoot et Master Chief ont bien tenu ce rôle un temps sur PlayStation et Xbox mais leurs studios respectifs ont quitté leur escarcelle. Présent depuis les débuts de la PlayStation, Ape Escape tient donc ce rôle par défaut. Des singes aux attitudes loufoques et aux déguisements gorgés de clins d'oeil à la culture pop que les lapins crétins d'Ubisoft ont largement pompés.

En savoir plus sur:

Nos partenaires