Trump l'amour

30/05/18 à 21:00 - Mise à jour à 10:15
Du Le Vif Focus du 31/05/18

Fissurée par une rupture, Prass convoquait ses émotions en chansons lorsque l'élection présidentielle américaine de 2016 la frappa de plein fouet.

Début 2015, le premier album éponyme de Natalie Prass débarquait avec une poignée de morceaux singuliers, suffisamment pour s'inscrire au palmarès final des disques de l'année, du New Yorker à Pitchfork, donnant également des fourmis aux jambes de Focus. La parfaite voix de souris émotionnelle de la jeune Américaine (née dans l'Ohio en 1986, installée en Virginie) y draine des chansons malignes au-delà de leur prime caresse rétro. À la manoeuvre sonore, Matthew E. White, wonderkid qui bricole initialement ses fantasmes crossover dans son grenie...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires