SOS fantômes - City of Ghosts

16/05/18 à 21:00 - Mise à jour à 10:42
Du Le Vif Focus du 17/05/18

Il y a moins d'un an, c'était encore son bastion. La capitale de son califat autoproclamé. Dans le vide du pouvoir, une fois la statue de l'ancien président syrien Hafez al-Assad (le père de Bashar) tombée, l'État islamique et son drapeau noir s'étaient mis à flotter sur Raqqa, coupant cette capitale de province syrienne du reste du monde. Surveillés par la police religieuse, les civils pris au piège (jusqu'à 800 dollars pour quitter la ville) devaient y respecter des règles extrêmement strictes....

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires