Le roman pète une case

02/11/17 à 21:00 - Mise à jour à 31/10/17 à 13:58
Du Le Vif Focus du 03/11/17

Vue du ciel, la bande dessinée ressemble parfois furieusement à ces hordes de criquets affamés dévastant une récolte en un temps record. Quand un éditeur déniche un nouveau terrain fertile, il ne faut pas longtemps pour que la profession toute entière quadrille à son tour le secteur. Jusqu'à épuisement des stocks ou des lecteurs. Il faut dire qu'avec plus de 5000 nouveaux titres par an, soit 15 par jour (!) en moyenne, le scénario est une denrée précieuse dont le cours fluctue rapidement. À côté de quelques genres -western et polar notamment- et sagas -Astérix, XIII, Blake & Mortimer, etc.- indéboulonnables, ce sont les modes éditoriales plus ou moins durables qui font bouillir la marmite de l'édition.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires