Le monde à peu près

28/02/18 à 21:00 - Mise à jour à 11:38
Du Le Vif Focus du 01/03/18

Avec Eyes Wild Open, le Botanique dédie une exposition remarquable à une bande de photographes indomptés dont le regard porté sur le monde n'est pas très net. Splendeurs et tremblements.

Le destin de ces regardeurs ressemble à une chute hors du paradis. Dans un remarquable texte d'introduction au nouvel accrochage du Botanique, Caroline Bénichou évoque le schisme visuel qu'ils ont initié. Il ne s'agit de rien de moins que la disparition d'une harmonie préétablie, celle où il existait une frontière claire entre le photographe et le photographié, le sujet et l'objet, le net et le flou, le noir et le blanc. Il est également question de cette " fin d'un alignement entre la tête, l'oeil et le coeur", sacro-sainte trinité photographique chère à Henri Cartier-Bresson. Après la guerre, cet horizon n'est plus possible, quelque chose a changé. Un coup de gong a ébranlé la représentation. On est passé de l'instant décisif à l'instant incisif.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires