Le festival des grands écarts

17/01/18 à 21:00 - Mise à jour à 11:21
Du Le Vif Focus du 18/01/18

La 45e édition du plus grand événement BD du monde s'annonce plus schizo que jamais. Un mélange d'alternatif et de grand public, d'éditeurs enthousiastes et d'auteurs pauvres, dans un climat globalement lourd.

Angoulême, petit village gaulois qui résiste encore et toujours à l'envahissement des autres médias, s'apprête à accueillir comme chaque année le grand banquet de la bande dessinée, et à en devenir pour quatre jours le centre du monde. Le grand raout, dont presque tous les acteurs -auteurs, éditeurs, amateurs, professionnels- reviennent déprimés (trop de fêtes, de rendez-vous, de manque de sommeil, d'auteurs et d'éditeurs qui tentent comme eux de se faire une place), et auquel presque tous les absents, pourtant, regretteront de ne pas avoir participé. Une sorte de Paris-Dakar de la bande dessinée réuni derrière les remparts d'Angoulême, pour une 45e édition placée sous le double signe du grand écart et de la mutation.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires