La trilogie du mal

07/06/17 à 14:34 - Mise à jour à 14:33
Du LeVif Focus du 09/06/17

Pièce de résistance du coffret que consacre aujourd'hui Carlotta à Barbet Schroeder, Général Idi Amin Dada, autoportrait ouvrait, en 1974, ce que le réalisateur devait baptiser sa "trilogie du mal", composée encore de L'Avocat de la terreur, documentaire sur Jacques Vergès réalisé en 2007, et du Vénérable W., portrait du moine bouddhiste birman Ashin Wirathu, découvert en séance spéciale lors du dernier festival de Cannes. L'occasion de questionner le cinéaste sur les fondements de sa démarche: "Ce qui est intéressant, c'est moins le mal, qui n'est jamais qu'une notion abstraite, que les formes qu'il adopte ...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 4 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires