L'ALCHIMISTE

28/03/18 à 21:00 - Mise à jour à 09:59
Du Le Vif Focus du 29/03/18

Franc-tireur punk et lettré aux élans poétiques, le Cantalien F. J. Ossang revient avec un cinquième long métrage en 35 ans de dissidence cinématographique. Convoquant les fantômes plastiques du muet, 9 doigts sonde l'épaisseur toxique de la parole à bord d'un cargo à la dérive.

Il n'y a pas de hasard, sans doute. Celui qui définit lui-même son cinéma comme " un voyage au pays des morts", et vous mitraille en rafales ininterrompues de noms de grands poètes disparus, avait fixé rencard en terrasse à Paname à un jet de pinte du Père-Lachaise: Guillaume Apollinaire likes this, et Oscar Wilde y va d'un coeur. Même si son truc à lui ce serait plutôt la fulgurante opacité d'un Lautréamont. Écrivain, chanteur, cinéaste... F. J. Ossang s'adonne à ses passions tous azimuts en punk et poète. " Originellement, les punks new-yorkais comme Tom Verlaine ou Richard Hell étaient complètement dingues de Lautréamont, de Rimbaud, de Baudelaire... Ils sont partis de là, de la poésie du XIXe, pour amener le décalage punk du XXe. Mais j'adore aussi la littérature du siècle dernier. Céline, Artaud, Witkiewicz... Tiens, d'ailleurs, vous saviez que ce dernier, érotomane, mégalomane, toxicomane, s'est suicidé de trois manières différentes?"
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires