Intérieur nuit

03/01/18 à 21:00 - Mise à jour à 11:42
Du Le Vif Focus du 04/01/18

Écrivain très discret, Didier Blonde reconstitue le fil de la liaison fugace entre deux figurants sur le tournage des Baisers volés de François Truffaut.

Lorsque le narrateur nous emmène à sa suite, il est en train de descendre une rue de Montmartre quand, à la hauteur d'un café, il est soudainement accroché par le bras et poussé avant d'être immobilisé. Tout à ses pensées, il a en réalité manqué pénétrer le champ d'un tournage de cinéma. Attablé au zinc du "Disque bleu" un peu plus loin, Jean-Pierre Léaud est en train de redevenir Antoine Doinel devant les caméras: après Les Quatre-cents Coups et Antoine et Colette, François Truffaut ranime la grâce désinvolte de son personnage fétiche pour Baisers volés, qui déplace dans le Paris de 1968 certains traits de l'intrigue du Lys dans la vallée de Balzac. Au jeune narrat...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires