Ils hissent haut la couleur

14/02/18 à 21:00 - Mise à jour à 11:03
Du Le Vif Focus du 15/02/18

Kehinde Wiley n'est pas le seul à franchir la fameuse color line. D'autres artistes afro-américains ont pris les armes de la création au nom des "hommes invisibles", ces absents du musée. Sélection.

Jacob Lawrence (1917-2000)

Lawrence est le premier peintre afro-américain dont le talent a été reconnu de son vivant. L'homme a éprouvé le destin des "negroes" dans sa chair. Dans les années 20, il quitte la Caroline du Sud avec ses parents pour s'installer dans le nord du pays. Puis suit sa mère à Harlem en 1927. C'est l'artiste Charles Alston qui le révèle à la peinture. Dès ses premiers travaux, une évidence s'impose à Lawrence: raconter le destin de ses semblables. Il débute par un cycle de toiles dédiées à Toussaint Louverture, héros révolutionnaire de Haïti à qui l'on doit la première république noire. Sensibilisé à fond à la cause, il se met en tête de ne rien ignorer de l'histoire de ceux que l'on appellera un jour les Afro-Américains. Il crée alors la Migration Series, une fresque narrative ayant pour sujet les travailleurs noirs du Sud partis rejoindre le septentrion pour échapper à leur sort. Composée de 60 panneaux réalisés pendant deux années entières, cette épopée tapera dans l'oeil d'un journaliste du magazine Fortune. Ce sera pour lui le début de la reconnaissance.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires