Cachet ou pilule?

11/07/18 à 21:00 - Mise à jour à 10:12
Du Le Vif Focus du 12/07/18

Entre le groupe de base et le rappeur diablement fameux, le cachet belge francophone en festival de chez nous fluctue de un à cent. Revue des finances et politiques sur cette matière sensible.

" Tu m'assures bien que ce sera anonyme? Je n'ai pas envie d'être en porte-à-faux vis-à-vis des organisateurs." Le chanteur bruxellois pose directement l'ambiance: parler d'argent en festival reste un facteur de dérangement belge, que l'on cause rock, rap ou électro. Dans le cas de notre interlocuteur, l'engagement de l'été dans l'un des cinq-six festivals majeurs francophones est simple: " C'est 1000 balles, tous frais compris. Sachant qu'onest six, si tu comptes les dépenses obligatoires, une fois passés par la facturation Smart, on n'a plus grand-chose en poche. D'autant que, contrairement aux concerts d'artistes belges qui peuvent bénéficier de l'aide des Tournées Art & Vie de la Fédération Wallonie-Bruxelles (1) , les festivals n'ont pas cette possibilité. Il est vrai que je négocie moi-même et que je n'ai pas d'agent."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires