Alien, l'odyssée de l'espèce

10/05/17 à 14:51 - Mise à jour à 14:50
Du LeVif Focus du 12/05/17

À l'heure où Alien: Covenant s'annonce sur les écrans, retour, film après film, sur près de 40 ans d'une saga s'érigeant comme l'un des mythes les plus prégnants du cinéma moderne.

Au mitan des années 70, un scénario de série B évoluant au confluent de la science-fiction et de l'horreur essuie refus sur refus à Hollywood. Il a pour nom Star Beast et est signé Dan O'Bannon, un jeune blanc-bec à peine sorti des études où il s'est illustré en co-écrivant en compagnie de son complice d'alors -un certain John Carpenter...- l'improbable Dark Star, objet filmique non identifié aussi fauché que volontairement potache: en 1974, un extra-terrestre composé d'un gros ballon de plage peint et de pattes en caoutchouc y côtoie, à bord d'un vaisseau spatial, des astronautes dont la combinaison est bidouillée à base de vieux moules à muffins. Totalement décomplexé, ce coup d'essai barré est bien sûr tout à fait incompris. Piqué au vif, O'Bannon aura alors ces mots: "Si je n'arrive pas à les faire rire, je vais leur ficher la trouille." Ce sur quoi il planche illico, transvasant les mêmes ingrédients intersidéraux de la comédie vers l'épouvante. Sur le papier, Star Beast prend forme mais n'intéresse pas grand-monde, même si O'Bannon, surfant sur le concept naissant de blockbuster, le pitche comme "Les Dents de la mer dans l'espace".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires