Pour ou contre le nouveau Amélie Nothomb?

12/10/16 à 14:00 - Mise à jour à 14:40

Source: Le Vif

Riquet à la houppe, la dernière livraison d'Amélie Nothomb inspirée par Charles Perrault, a divisé la rédaction. Le Vif/L'Express laisse à ses lecteurs le soin de compter les points.

Pour ou contre le nouveau Amélie Nothomb?

Amélie Nothomb © REUTERS/Charles Platiau

POUR

Certains prétendent qu'elle n'est qu'une machine destinée à accoucher chaque année de son roman aoûtien, ce qui fait probablement l'affaire de son éditeur Albin Michel puisqu'elle est systématiquement propulsée n°1 des ventes. Ce n'est pas un gage de qualité, certes. Mais Amélie Nothomb est plus que cela. Elle a le sens de la phrase, elle a du style. Et si certains les jugent désuets ou inadaptés, elle joue avec les mots... Certains procédés stylistiques sont certes récurrents, mais reconnaissons qu'elle a une imagination débridée, le sens de la première phrase, une manière de dompter son lecteur avec ses tournures assassines. Quand on produit un roman par an, il semble évident qu'il y en a de qualité moindre. Même si ce n'est pas son conte, Riquet à la houppe vient dépoussiérer l'aspect retors de l'apparence, et analyser la vision manichéenne de la Belle stupide et du Laid au quotient intellectuel supérieur, deux êtres au-dessus de la normalité et de ses contraintes quotidiennes et sociales. Trémière, la princesse contemplative, et Déodat, son sapajou amoureux de la gent aviaire, forment un couple curieux qui nous détourne de la banalité par son pouvoir libérateur. Riquet à la houppe n'a pas pour but de promouvoir des idéaux sociaux, c'est de la littérature plaisir. Amélie Nothomb veut nous faire passer un moment agréable, avec une histoire bien écrite, des scènes délirantes qui sont sa marque de fabrique. Alors, bien sûr, ce n'est peut-être pas un grand cru millésimé, mais une fois par an, quel moment délicieux de pouvoir savourer un bon petit vin de pays! Et si au lieu de faire l'ennuyeuse unanimité, l'auteure est, sans nuance, détestée ou adulée, n'est-ce pas précisément un gage de qualité? Marie-Danielle Racourt

CONTRE

Pour ou contre le nouveau Amélie Nothomb?
A défaut d'avoir l'étoffe de l'alchimiste, capable de transformer le vulgaire plomb en or littéraire, Amélie Nothomb ne se défend pas trop mal comme illusionniste. A chaque rentrée littéraire, elle monte sur scène et sort de son grand chapeau ce qui ressemble de loin à un roman. Par habitude ou par affection pour ce personnage échappé de l'univers de Lewis Carroll, le public continue d'applaudir son numéro sans trop se soucier de savoir si le lapin qu'elle brandit n'est pas qu'une vulgaire peluche. L'esprit critique anesthésié par la routine, son fidèle public semble se contenter à chaque rentrée d'une version au rabais de l'année précédente. Avec cette bienveillance qu'on réserve d'ordinaire à une vieille tante qui radote un peu. L'avantage, quand on a laissé passer quelques tours, depuis une Biographie de la faim restée sur l'estomac, c'est qu'on voit tout de suite apparaître les défauts. Un peu comme quand on tombe par hasard sur la photo d'un ancien camarade de classe accusant 20 ans et 20 kilos de plus. Dans ce Riquet à la houppe, Nothomb fait... du Nothomb, jusqu'à la caricature. Passe encore qu'elle détrousse Perrault, mais si c'est pour servir une lecture littérale, donc désuète, de ce conte célébrant la victoire de l'amour sur les préjugés et la laideur, et paresseusement transplanté ici dans notre époque, où est l'intérêt? Sans doute consciente d'avoir cédé à la facilité, l'auteure se sent même obligée de justifier son happy end dans une étrange postface convoquant Balzac à la rescousse. Que les inconditionnels se rassurent, ils auront droit à leur ration de termes savants, de mots d'esprit clinquants et de tournures pompeuses, la cantinière ne lésinant pas sur le glutamate. Une ruse de vieux singe qui ne trompera toutefois que celui qui veut bien être trompé. Pour les autres, la magie n'opérera plus. Laurent Raphaël

Riquet à la houppe, par Amélie Nothomb, éd. Albin Michel, 198 p.

En savoir plus sur:

Nos partenaires