Philippe Jaenada, lauréat du prix Femina

08/11/17 à 15:22 - Mise à jour à 15:45

Le romancier Philippe Jaenada a remporté mercredi le prestigieux prix littéraire français Femina pour La Serpe, alors que l'Américain John Edgar Wideman a été récompensé du prix Femina étranger.

Philippe Jaenada, lauréat du prix Femina

Philippe Jaenada © AFP/Philippe Lopez

Philippe Jaenada, 53 ans, a été choisi au 5e tour par 6 voix contre 4 à Véronique Olmi (Bakhita, Albin Michel). Dans La Serpe, roman de 650 pages publié chez Julliard, l'écrivain s'intéresse à un triple meurtre commis à coups de serpe dans un château de Dordogne en octobre 1941.

De prime abord, l'affaire semble limpide. Le criminel ne peut être que le fils de famille dévoyé, un certain Henri Girard. Est-ce si sûr? Contre toute attente, Henri Girard sera acquitté lors de son procès en 1943. Mais le soupçon lui collera toujours à la peau. Même acquitté, ce type "antipathique" était forcément coupable du meurtre atroce de son père, de sa tante et de la bonne. A peine blanchi des trois crimes qu'on lui reprochait, Henri Girard a dilapidé l'héritage familial. Il est parti en Amérique du Sud d'où il reviendra miséreux, mais avec un manuscrit, Le Salaire de la peur, qu'il publiera sous le nom de Georges Arnaud.

Le livre sera adapté plus tard au cinéma par Henri-Georges Clouzot. Girard/Arnaud passera le reste de sa vie (il est mort en 1987) à lutter contre toutes les injustices et notamment contre la vétusté des prisons.

Désigné par un jury composé uniquement de femmes, le romancier américain John Edgar Wideman, 76 ans, a remporté le prix Femina étranger pour Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till. Il avait découvert à 14 ans dans la presse américaine une photo du visage mutilé d'Emmett Till, qui avait son même âge et était comme lui un noir américain: une image qui ne cessera de le hanter. L'adolescent noir avait été accusé d'avoir sifflé une femme blanche, puis kidnappé et assassiné. Ses meurtriers, blancs, avaient été acquittés.

Nos partenaires