Nemo

20/12/12 à 14:52 - Mise à jour à 14:51

Quelques mois après la sortie de l'album Lorna, dans lequel il revisitait les codes des films de série B, Brüno est de nouveau dans l'actualité. Mais avec une réédition cette fois. En l'occurrence l'intégrale de Nemo, série publiée en cinq tranches au début des années 2000 et une première fois dans sa totalité en 2005.

Nemo

De Brüno, Editions treize étrange (Glénat), 160 pages.

Pourquoi en reparler alors? Parce que cette oeuvre n'a pas pris une ride en huit ans et pourrait bien trouver sa place sur l'étagère des albums de référence de la BD contemporaine à côté de L'ascension du haut mal de David B. ou de Polina de Bastien Vivès. Pour celui qui connaît ses classiques, le scénario n'a pourtant rien de franchement original. Le Français s'inspire à la lettre du roman le plus aquatique de Jules Verne: Vingt mille lieues sous les mers. On retrouve tous les personnages originaux, à commencer par le capitaine Nemo, patron peu commode du Nautilus, ce sous-marin cinq étoiles transformé en laboratoire scientifique, mais aussi ses "invités", le professeur Pierre Aronnax, son assistant Conseil et le harponneur Ned Land. Mêmes ingrédients et même assaisonnement, entre récit d'aventure et roman d'anticipation, et même recette aussi, qui voit le submersible, fer-de-lance d'une utopie sous-marine, parcourir les mers et les océans à la recherche d'un havre de paix. Et pourtant le plat a une saveur particulière, à la fois proche et différente de l'oeuvre de départ. Le trait tranchant et les couleurs chaudes magnifient et radicalisent l'univers de Vernes au lieu de s'y noyer. Et puis il y a ce côté steampunk, souligné par l'architecture rétro-futuriste et les silhouettes taillées à la serpe qui hantent le micro-Etat. S'il conserve le squelette de la saga, Brüno y greffe donc ses propres références graphiques et même son propre langage avec ces pictogrammes qu'utilise Nemo pour communiquer avec ses hommes. De quoi moderniser cette fable désenchantée et politique qui atteint ici de nouvelles profondeurs.

L.R.

En savoir plus sur:

Nos partenaires