Mort du poète Edouard Glissant, héraut du métissage

04/02/11 à 11:49 - Mise à jour à 11:49

Le poète et écrivain antillais Edouard Glissant, chantre du métissage, est mort jeudi à Paris à l'âge de 82 ans.

Mort du poète Edouard Glissant, héraut du métissage

© Belga

Né en 1928 à Sainte-Marie, dans le nord de la Martinique, cet ancien étudiant en philosophie et docteur ès lettres avait obtenu le prix Renaudot en 1958 pour La Lézarde.

L'oeuvre d'Edouard Glissant a été marquée par une réflexion militante contre les racismes de toutes sortes et le rappel de l'esclavagisme, qui a entaché selon lui les rapports de la France avec l'Afrique et l'outre-mer. Opposé à la guerre d'Algérie, il avait été expulsé des Antilles et assigné à résidence en métropole au début des années 60 par le pouvoir gaulliste.

L'écrivain, qui a ouvert la porte à la créolité, développait une conception opposée à la mondialisation, un espace sans frontières qu'il nommait le Tout-Monde. Cette notion de Tout-Monde repose sur le consentement à la fois à l'unité et à la diversité et "sur le désir de concevoir nos différences sans craindre les différences de l'autre", expliquait-il dans une interview au Point au printemps 2010. "Les humanités ont subi les conséquences de nombreuses oppressions et guerres d'invasion, motivées par cette différence entre les peuples de l'unité (les grands empires conquérants) qui considéraient que la terre entière doit être mue par un seul idéal, l'Universel, et les peuples de la diversité (les petits lieux conquis), qui participent au contraire à des formes de la multiplicité", ajoutait-il.

En septembre 2007, Edouard Glissant avait cosigné avec un autre écrivain martiniquais, Patrick Chamoiseau, le manifeste "Quand les murs tombent" par opposition à la création en France d'un ministère de l'Immigration et de l'identité nationale. Il avait récemment créé l'Institut du Tout-Monde pour "favoriser la pratique culturelle et sociale des créolisations."

FocusVif.be, avec Reuters

En savoir plus sur:

Nos partenaires