Maudit mardi! (tome 2)

27/09/12 à 10:28 - Mise à jour à 10:28

DRAME PSYCHO | Chose promise, chose due: Nicolas Vadot boucle, moins d'un an après la sortie du premier tome, la suite et la fin de sa dernière bande dessinée, aux antipodes de ses habituels dessins de presse.

Maudit mardi! (tome 2)

DE VADOT, ÉDITIONS SANDAWE, 64 PAGES. ***

DRAME PSYCHO | Chose promise, chose due: Nicolas Vadot boucle, moins d'un an après la sortie du premier tome, la suite et la fin de sa dernière bande dessinée, Maudit Mardi!, aux antipodes (c'est le cas de le dire, l'ambiance est océanienne) de ses habituels dessins de presse. Revoilà donc enfin Achille et ses pieds de bois, littéralement arrachés à sa plage natale, perdu dans la grande ville pour retrouver l'amour de sa vie et affronter ses démons. Sans oublier bien sûr la prophétie que lui avait un jour balancée nonchalamment une mouette: "Tu mourras un mardi." Si Vadot avait à l'origine envisagé son Maudit Mardi! comme un tout, à la fois one-shot et roman très graphique, le deuxième tome se distingue néanmoins du premier: plus onirique encore, plus angoissé au fur et à mesure que les mardis se succèdent, plus violent aussi à force d'approcher le point de rédemption. Un peu moins surprenant, aussi; difficile, avec un tel "MacGuffin" comme accroche, d'en sortir autrement que par une pirouette. Vadot confirme en tout cas sa singularité et sa grande cohérence: ses dessins de presse au trait précis interrogent l'inconscient collectif, mais ses bandes dessinées au crayon gras fouillent systématiquement son propre inconscient, hanté cette fois par cette question des racines -rappelons que Vadot possède une triple nationalité, et n'est même pas belge. Rappelons aussi que les planches originales de Maudit Mardi! font l'objet d'une très belle exposition au Centre belge de la bande dessinée, jusqu'au 21 octobre prochain. Avec le Vadot de Mardi, les amateurs apprécieront encore plus leur Vadot du vendredi: l'un en dit beaucoup sur l'autre.

Nos partenaires