Les Folies Bergère

18/10/12 à 11:29 - Mise à jour à 11:29

FANTASTIQUE | Dieu que la guerre est jolie quand elle est fantasmée. Brave parmi les braves, le soldat s'imagine héroïque, sauvant ses camarades dans des gerbes de boue soulevées par la mitraille ennemie.

LES FOLIES BERGÈRE, DE PORCEL ET ZIDROU, ÉDITIONS DARGAUD, 92 PAGES. ****

Les Folies Bergère

FANTASTIQUE | Dieu que la guerre est jolie quand elle est fantasmée. Brave parmi les braves, le soldat s'imagine héroïque, sauvant ses camarades dans des gerbes de boue soulevées par la mitraille ennemie. De missions impossibles en moments de camaraderie virile, il transcende sa peur du futur en s'inventant un présent à coup de gnole et d'adrénaline. En espérant surtout la prochaine permission. Avec sa femme qui l'attend, prête à effacer leur vie d'avant le conflit, pour réinventer un amour déjà lointain. Mais là, coincé les pieds dans la boue, il est perdu comme un enfant qui espère la colère d'un père qui n'arrive pas. Il appréhende l'instant prochain, quand ça va pleuvoir de la ferraille et qu'il faudra franchir le parapet de la tranchée pour courir comme un dératé dans un air moucheté de balles. Alors, pour conjurer le sort, avec les copains ils ont baptisé leur morceau d'enfer les Folies Bergère. C'est dans le célèbre cabaret parisien qu'à la fin de la guerre ils iront voir si les dames sentent toujours le pain chaud et les petits matins d'été au soleil. En attendant, il faudrait songer à s'occuper de cette gamine pleurnicharde au milieu du no man's land. Mais il y a le snipper allemand d'en face...

Sobre et efficace, le dessin de Porcel participe pour beaucoup à la réussite de l'album. Outre l'ambiance, c'est lui qui joue les ponts invisibles entre les parties fantastiques du récit et ses moments plus réalistes. Quant à Zidrou, qui maîtrise décidément à la perfection l'art de raconter des histoires, il propose avec ses Folies Bergère, une interprétation du thème de la Première Guerre mondiale avec la folie ou la foi comme ultimes échappatoires à la boucherie. Un sacré dilemme.

Nos partenaires