Le jeune fantôme

13/06/13 à 12:45 - Mise à jour à 12:45

CONTE | La maison d'édition Nobrow cultive sa singularité et ça lui réussit plutôt bien. Basée à Londres, publiant des albums pour enfants et des livres d'art et d'illustration en français et en anglais, elle est à la BD ce que le bio est à l'agriculture. Papier FSC, encres végétales, impression en tons directs, couvertures soignées...

Le jeune fantôme
Le jeune fantôme

© DR

Les titres frappés du label Nobrow ont cette saveur artisanale qui les rend reconnaissables au premier coup d'oeil. Notamment parce que les semences cultivées sur ce terrain éditorial sans pesticide ont été choisies pour leurs vertus poétiques et visuelles. Que la plupart des auteurs viennent du graphisme, comme Blexbolex, n'est d'ailleurs pas étonnant. A mi-chemin entre l'illustration et la bande dessinée, les oeuvres du catalogue de cet éditeur durable inventent un nouveau langage. Pour peu que l'on ne soit pas allergique à cette grammaire moins formatée, moins descriptive, le plaisir est au rendez-vous. Un bon moyen de se rincer la tête en y laissant pénétrer un courant d'air surnaturel. Après Luke Pearson ou Jon McNaught, qui nous avait touché avec son récit minimaliste dégorgeant le charme indicible d'un dimanche ordinaire, Nobrow nous fait découvrir un autre jeune Anglais prometteur, Robert Hunter. Son histoire courte enfile les habits du conte pour raconter l'initiation d'un fantôme à son nouveau "métier". Pas encore très au fait de ce qu'on attend de lui, il tente de suivre la meute qui file dans l'éther mais se retrouve bientôt distancé et repéré par un astrologue accroché à son télescope. Ils vont sympathiser, l'homme lui proposant même de l'aider à retrouver sa nouvelle tribu. Et c'est ensemble, au grand dam du chasseur d'étoiles, qu'ils vont découvrir la véritable fonction de ces spectres errants: conduire les défunts vers leur dernière demeure... Badigeonnée de couleurs pastels, cette ode au monde invisible est une petite bouffée d'oxygène qui parle avec sensibilité de choses graves. Un antidote au cynisme ambiant.

LE JEUNE FANTÔME, DE ROBERT HUNTER, ÉDITIONS NOBROW, 26 PAGES.

Nos partenaires