L'écrivain français Gonzague Saint Bris meurt dans un accident de voiture

08/08/17 à 13:58 - Mise à jour à 13:58

Source: Afp

Longtemps figure de proue des nouveaux romantiques, l'écrivain et journaliste français Gonzague Saint Bris, 69 ans, a trouvé la mort dans la nuit de lundi à mardi dans un accident de voiture sur une petite route de Normandie.

L'écrivain français Gonzague Saint Bris meurt dans un accident de voiture

Gonzague Saint Bris © AFP/Joel Saget

Le romancier, dont le nouvel ouvrage Les Aristocrates rebelles (Les Arènes) est attendu en librairie le 30 août, circulait avec sa compagne Alice Bertheaume près de Pont-L'Evêque (nord-ouest) quand, pour des raisons inconnues, leur véhicule a violemment percuté un arbre.

"Le choc a été très violent", a raconté à l'AFP la maire de la commune où s'est déroulée l'accident, Saint-Hymer, Joël Lebrun, évoquant une "perte de contrôle du véhicule". Il a indiqué avoir vu le moteur à plusieurs mètres de la voiture sur la chaussée. Au volant au moment de l'accident, la compagne de l'écrivain a été grièvement blessée et hospitalisée.

Historien, romancier, essayiste, journaliste, Gonzague Saint Bris est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages, dont une vingtaine de biographies notamment du marquis de Sade, du général de La Fayette ou encore d'Alfred de Musset et Alfred de Vigny. Volontiers dandy, un brin excentrique, vrai passionné d'histoire, l'écrivain aux cheveux longs était fasciné par les romantiques.

En 2002, il connaît une consécration littéraire quand son roman, Les Vieillards de Brighton (Grasset) est couronné par le prix Interallié. Également journaliste, il a écrit notamment pour Le Figaro, France Soir, Elle et Paris Match. Il a longtemps animé une émission sur Europe 1.

"Quelle tristesse!", a réagi la romancière Tatiana de Rosnay saluant un homme "élégant, pétillant, unique".

Né le 26 janvier 1948, dans une fratrie de sept garçons et une fille, il était l'héritier d'une famille qui fut propriétaire du château du Clos-Lucé, près d'Amboise, résidence de François Ier et dernière demeure de Léonard de Vinci.

Ses grands-parents, auxquels il a dédié le livre à paraître à la fin du mois, sont morts en déportation pour faits de Résistance.

En savoir plus sur:

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos