Gilbert Shelton: "Le noir et blanc, ce n'était pas un choix esthétique, on était juste trop fauchés!"

05/06/18 à 12:32 - Mise à jour à 12:32
Du Le Vif Focus du 31/05/18

L'Américain Gilbert Shelton expose à Bruxelles ce qui lui reste d'originaux. L'occasion de parler du bon vieux temps avec l'un des auteurs les plus marquants des comics underground.

Les légendes vivantes portent parfois des chemises à fleurs et des chapeaux usés. Pour un peu, ce matin-là sur un trottoir d'Ixelles, on prendrait même Gilbert Shelton pour un de ses Freak Brothers -si ce n'est que Shelton attend l'ouverture de la galerie où il expose pour la première fois depuis (très) longtemps ses dessins en Belgique, là où Fat Freddy et sa fratrie de bras cassés attendaient plutôt soit Dealer McDope, leur fournisseur favori, soit une bonne occasion de ne rien foutre! Un "pitch" aussi malingre que les moyens financiers et parfois intellectuels de ce trio de bozos, dont Gilbert Shelton a pourtant tiré des milliers de planches de comics. Des comics dit "underground" dont il fut l'un des grands anciens et fondateurs avec Robert Crumb, Harvey Kurtzman ou George Herriman, qui ont donné le "la" il y a plus d'un demi-siècle à un pan entier de la (contre-)culture américaine, basée sur le DIY, la subversion et la liberté de création en bande dessinée. Ainsi Shelton, qui publie ses premiers dessins sales et drôles dès 1959 dans le journal estudiantin Ranger avant de connaître un succès fou dans les années 60 avec The Fabulous Furry Freak Bro...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires