Dernier hommage à Dario Fo: des milliers de personnes chantent dans les rues de Milan

15/10/16 à 15:41 - Mise à jour à 16:46

Source: Belga

Des milliers de personnes ont défilé en chantant samedi dans les rues de Milan jusque sur la place du Dôme, où était célébrée une cérémonie laïque en dernier hommage au prix Nobel de littérature Dario Fo, décédé jeudi à 90 ans.

Le cortège funéraire a quitté le Piccolo Teatro Strehler où est installé le cercueil de l'écrivain, chantant des ballades à connotation politique, rappelant l'engagement de celui qui s'est attaqué à tous les sujets politiques et sociaux, de la guerre du Vietnam à la question palestinienne en passant par l'avortement.

Sous une marée de parapluies colorés, la foule s'est réunie devant la cathédrale gothique de la ville, scandant "Dario! Dario!" Son fils, Jacopo et les représentants de l'élite culturelle de la ville ont rendu un vibrant hommage à celui qui n'a jamais eu peur de fustiger le pouvoir. Anti-clérical, engagé politiquement à l'extrême gauche, Dario Fo, qui a eu d'innombrables démêlés avec la justice de son pays et l'extrême droite, a dû attendre 1977 pour que ses pièces passent à la télévision. Mais il était l'auteur de théâtre italien le plus joué dans le monde après Goldoni.

Auteur de "La mort accidentelle d'un anarchiste" et "Faut pas payer!", Dario Fo, qui appelait à la rébellion contre les puissants et les hypocrites, a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1997. Il avait alors expliqué au jury de Stockholm que le prix revenait également à sa femme Franca Rame, décédée en 2013, avec qui il formait un couple mythique. Tandis que la cérémonie touchait à sa fin, un groupe de musiciens à l'extérieur de la cathédrale a joué "Bella Ciao", le chant des partisans italiens pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Quand Dario Fo a reçu le Nobel, la moitié du pays - par jalousie ou pour se moquer de lui - a tenté de minimiser ce succès", a dit à des journalistes, l'écrivain et journaliste Roberto Saviano. "Ce pays est ingrat, mais une partie authentique l'a toujours protégé et écouté. Il m'a appris à ne pas être une chiffe molle, à prendre du plaisir à être un critique, et à ne pas me prendre trop au sérieux", a-t-il ajouté. (Belga)

Nos partenaires