Crimechien/Hors-Zone

24/05/12 à 15:20 - Mise à jour à 15:20

VIRTUOSE | À la fois rétro et punk, ligne claire désossée et d'une grande virtuosité chromatique, ce diptyque de Blexbolex joue à fond la déconstruction narrative.

CRIMECHIEN, HORS-ZONE, DE BLEXBOLEX, ÉDITIONS CORNÉLIUS. ****

VIRTUOSE | À la fois rétro et punk, ligne claire désossée et d'une grande virtuosité chromatique, ce diptyque de Blexbolex (pseudonyme du Français Bernard Granger) joue à fond la déconstruction narrative. L'histoire échevelée, presque picaresque, compte moins pour son contenu que pour l'électricité qu'elle imprime au dessin. Difficile ici d'éviter la note d'éditeur, tant les choses sont à la fois précises et décalées: "Laura, une amichienne au pedigree incertain, a disparu. Un crimechien a été commis, avec des sévices prolongés, incluant le non-lancer de balle et le refus de promenade. Une enquête commence et rien ne se déroule comme prévu..." Évoquant des atmosphères louftingues à la William Burroughs/Philip K. Dick, Crimechien prolonge sa structure binaire -illustration au-dessus, texte en dessous- dans le luxuriant Hors-Zone, "ce no man's land où l'instinct de survie et de destruction est la seule logique encore valable" et qui arbore le sceau "de l'Aventure ultime". Deux volumes à l'édition soignée, où le dessin aux trois couleurs de base (rouge-vert-bleu), dont Blexbolex est l'un des maîtres, fait merveille. Une réussite de plus à mettre à l'actif de celui dont l'Imagier des gens a reçu, en 2009, le prix du "plus beau livre du monde" à la Foire du livre de Leipzig. Chapeau bas aussi devant les excellentes éditions Cornélius, dont Blexbolex, s'il n'en est pas l'un des fondateurs, reste l'un des piliers.

V.D.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos