Charlotte Gainsbourg mon amour

27/05/10 à 12:03 - Mise à jour à 12:03

C'est Fabrice Tarrin qui le précise dès les premières cases: Charlotte Gainsbourg n'est qu'une sorte de catalyseur pour évoquer son enfance. Reste qu'il en parle beaucoup de Charlotte, le dessinateur de Maki le lémurien.

Charlotte Gainsbourg mon amour

© Delcourt

De Fabrice Tarrin, Éditions Delcourt.

C'est en la voyant à la télévision chanter Lemon Incest en duo avec son père que Fabrice (le fameux lémurien) en tombe éperdument amoureux. Un premier amour platonique pour lequel il est prêt à presque tout. Une bonne partie de l'album dévoile d'ailleurs ses stratégies pour la rencontrer à la sortie de son lycée.

La suite du récit est plus intime, moins souriante aussi, et rappellera quelques souvenirs à ceux qui ont connu l'apparition des premiers Kinder Surprise au début des années 70. C'est d'ailleurs l'une des forces de ce volume. Bien qu'autobiographique, le journal de Tarrin arrive à nous parler en se raccrochant à des évènements de l'époque. A chaque planche, on est tenté de se demander ce que l'on faisait à ce moment-là. Preuve que le dessinateur a pu gommer le côtéégocentrique de son précédent opus pour nous inviter à partager son histoire. Une tranche de vie dans laquelle son frangin lui vole quelquefois la vedette. l

V.G.

Nos partenaires