Catalyse

16/06/11 à 15:13 - Mise à jour à 15:13

POLAR | Tout commence comme un drame social, continue sur le mode du thriller financier et se clôt sur une porte ouverte vers le polar avec tueur en série intégré.

CATALYSE, DE PIERRE-HENRY GOMONT, ÉDITIONS MANOLOSANCTIS. ***

Catalyse

POLAR | Tout commence comme un drame social, continue sur le mode du thriller financier et se clôt sur une porte ouverte vers le polar avec tueur en série intégré. Le drame social, d'abord. Lionel, jeune garçon grisâtre et à côté de ses pompes, est envoyé par son bureau d'audit pour assurer la clôture des comptes de CRCI, une boîte de province. Un boulot plutôt pépère pour celui qui se contente de "refaire ce qu'on a fait l'année dernière". Tout se corse quand le client veut une véritable expertise. Ce qui dépasse largement les compétences du jeune auditeur. Ajouté à une histoire d'amour avortée qu'il refuse de laisser filer, ce stress inattendu fait plonger Lionel, qui ne travaille plus. Cela finit par se voir: son employeur lui adjoint, dans l'urgence, l'aide de Simon, un auditeur plus expérimenté. Le récit se transforme alors en thriller financier -certes pas la grosse machine made in USA, mais il en prend toutes les tonalités. Simon flaire la magouille comptable et révèle son passé dans l'extrême-gauche tendance terroriste. On arrêtera ici le résumé pour ne pas déflorer le final de Catalyse. Après plusieurs années dans un cabinet de conseil anglo-saxon, l'auteur s'est lancé dans la sociologie et la bande dessinée. Il signe ici un premier album solo légèrement inabouti mais prometteur.

V.D.

Nos partenaires