Laurent Raphaël
Laurent Raphaël
Rédacteur en chef Focus
Opinion

18/03/14 à 16:35 - Mise à jour à 25/03/14 à 12:41

C'est Blutch qui régale!

Il figurait en tête de notre short-list. Quelques échanges de mails avec Dargaud, sa maison d'édition, et la réponse tombait comme un fruit mûr: Blutch est d'accord d'endosser le costume de directeur artistique d'un numéro de Focus.

C'est Blutch qui régale!

L'artiste aliéné à son propre travail © Kamagurka

Ça tombe doublement bien. D'abord parce que son nom clignote sur tous les radars culturels en ce moment. Sa nouvelle BD, Lune l'envers, est sortie il y a quelques semaines et il a participé activement au testament cinématographique de feu Alain Resnais, Aimer, boire et chanter, qui débarque sur les écrans la semaine prochaine et dont il signe l'affiche et les dessins assurant la transition entre les scènes du film. Sans oublier l'adaptation sur les planches d'un roman d'Eric Reinhardt avec un Mathieu Amalric dont les cauchemars prennent vie sous son trait dans le cadre du premier Pulp Festival, dont le credo est de croiser BD et théâtre, danse ou musique.

Partager

Blutch, ténor de cette génération française dorée qui a volé la vedette à la BD belge.

L'autre raison de se réjouir, c'est que chez Focus, on admire de longue date le travail de Christian Hincker -son vrai nom-, que l'on tient pour un des ténors de cette génération française dorée qui, avec Blain, David B., Dupuy-Berbérian, Sfar et consorts, nous a volé, à nous belges, la vedette. Au fil d'albums mêlant humour, poésie et autodérision, il a bâti une oeuvre complexe, insaisissable, fortement comptable de ses obsessions, ses névroses et ses fantasmes. En filigrane s'y dévoile une personnalité artistiquement décomplexée dans ses modes d'expression mais solidement ancrée dans la culture d'après-guerre. Une passion dont on peut prendre le pouls quand on le rencontre il y a dix jours dans son atelier de la taille d'une boîte d'allumettes niché au sommet d'un immeuble élégant du XVIIIe. Autour d'une table à dessin encombrée de croquis, les murs regorgent de photos d'art et de films (on reconnaît le Burt Lancaster du Plongeon de Frank Perry) et les étagères ploient sous les piles de CD, bref aperçu de ses affinités électives, entre mangas et comics pointus, jazz de contrebande et livres sur le cinéma.

Méticuleux jusqu'à l'extrême, et soucieux d'une image qu'on devine chatouilleuse, il ne se confie pas facilement. Inutile, ses livres parlent pour lui. Dans Lune l'envers, un des personnages lui ressemble physiquement et un autre porte son nom, à un tréma près. Mais c'est surtout dans la psychologie des héros torturés qu'on peut trouver les ressemblances les plus flagrantes et les plus souterraines avec le modèle original. Il étale ici ses angoisses, ses doutes, interroge le sens de la création et la place de l'artiste dans un monde formaté. A croire qu'il occupe toutes les places en même temps, dans une vision fragmentée de lui-même. Un ego trip total souvent jouissif, qui assume le risque de parfois flirter avec l'abscons, comme dans Pour en finir avec le cinéma. Mais qu'importe, l'intégrité est à ce prix, et le dessin hyper expressif et pas avare de jolies filles toujours là pour capter l'attention.

Autant par conviction (il aime travailler en mode collectif) que par nécessité (les sollicitations pleuvent), il a décidé de convier quelques amis au festin. Et voilà Blutch autoproclamé chef d'orchestre, grand commis d'une fresque collaborative dont il a dessiné certains morceaux (la couverture, les sujets Black Music et rap old school), confiant à un collectif improvisé et dynamique (Fabio Viscogliosi, Catherine Meurisse, Frédéric Poincelet, Isabelle Merlet, Bertrand Mandico et Élias Amalric-Cléau) le soin d'illustrer les autres dossiers. De quoi enrichir visuellement encore ce numéro garanti unique en son genre. Merci Blutch & co pour ce récital graphique!

Voici d'ores et déjà la cover de ce Focus spécial, en kiosque dès ce jeudi 20 mars:

C'est Blutch qui régale!

© Illustration: Blutch

Toujours en attendant la sortie en kiosque du magazine, découvrez une des illustrations signées Blutch pour notre dossier Great Black Music sur la page Facebook de Focus.

En savoir plus sur:

Nos partenaires