BD francophone en 2012: entre prolifération et polarisation

27/12/12 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Dans un contexte difficile et morose, la distribution d'albums de bandes dessinées a augmenté pour la 17e année consécutive. 5565 albums ont été diffusés en Europe, selon le rapport annuel de l'Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD).

BD francophone en 2012: entre prolifération et polarisation

© AFP

La distribution en Europe de bandes dessinées dans les librairies francophones ou via internet a progressé en 2012 pour la 17e année consécutive avec 5565 albums diffusés. Une progression pourtant marquée par des difficultés, tant sur la plan économique (où les parts de marchés sont de plus en plus dures à maintenir et à conquérir) que social (où les relations entre auteurs et éditeurs n'ont jamais été aussi tendues).

Avec une distribution en augmentation de 4,28% par rapport à 2011, soit 238 titres de plus, "les acteurs du 9e Art sont toujours aussi dynamiques. Mais cette prolifération de nouveautés (4109 albums), destinées à un public atomisé, complique la gestion des stocks et la visibilité des albums en librairie", souligne Gilles Ratier, secrétaire général de l'ACBD.

Inquiétude, vigilance et prudence sont souvent de mise. D'autant plus que dans cette situation éditoriale confuse, "les locomotives du secteur de la bande dessinée ont du mal à retenir leur public, les parts de marché sont de plus en plus dures à maintenir ou conquérir et les tentatives de transfert vers les nouveaux supports numériques ne sont pas encore à maturité", ajoute le rapport publié mercredi.

Un marché fortement polarisé

Malgré une nouvelle augmentation de la diffusion, quatre groupes, seulement, dominent et assurent 44,87% de la production alors que 326 éditeurs ont publié des BD en 2012 (316 en 2011).

Le groupe de Guy Delcourt reste le plus gros éditeur d'albums avec 906 titres, soit 16,28% de la production annuelle et le 2e plus important en termes de chiffre d'affaires.

Le groupe Média-Participations est le plus important sur le plan économique, mais n'est qu'en 2e position côté production: 783 titres (14,07% de la production) ont été publiés sous ses filiales, notamment Dargaud, Dargaud Benelux, Kana, Le Lombard, Dupuis, Blake et Mortimer, Lucky Comics.

Le groupe Glénat demeure le 3e éditeur du secteur, tant sur le plan économique que de la production, avec 478 titres (8,59%) publiés sous son propre label ou ceux de ses filiales dont Comics, Disney, Mangas, Treize Étrange et Vents d'Ouest.

Avec le rachat de Flammarion, Gallimard devient le 4e éditeur en termes de chiffre d'affaires et de production (330 titres, soit 5,93%), héritant des labels Casterman, KSTR, AUDIE/Fluide glacial et de 50% de Jungle, qui s'ajoutent à ses filiales Denoël Graphic et Futuropolis dont le groupe a repris 100% des parts.

Derrière ces quatre leaders, 12 groupes confortent leurs positions.

1510 auteurs BD vivent de la création, parfois difficilement

Sur le territoire francophone européen, 1951 auteurs ont publié au moins un album en 2012. Parmi ces auteurs, on peut estimer que 1510 réussissent encore à vivre, souvent difficilement, de la création de bande dessinée.

Il est également à noter que 188 de ces 1510 auteurs sont des femmes, soit à peine 12,45%, que 280 sont scénaristes sans être également dessinateurs, soit 18,54%, et que 191 sont des coloristes ayant travaillé sur au moins 2 albums dans l'année.

Coté numérique, les enjeux sont particulièrement nombreux, et les questionnements plus importants encore que l'an passé. L'émergence des bandes dessinées numériques offre de nouvelles pistes, mais leurs développements sont encore très hésitants.

I.C. (stg)

Le bilan 2012 complet de l'ACBD sur http://www.acbd.fr/bilan/bilan-2012.html

Nos partenaires