Articho #4

13/09/12 à 10:55 - Mise à jour à 10:55

COLLECTIF | C'est ce que l'on appelle un livre-objet, un vrai de vrai: on peut déjà vous dire que la tranche des quatrièmes Cahiers de l'Articho formera un angle étrange mais très précis de 45 degrés sur l'étagère de votre bibliothèque.

Articho #4

ÉDITIONS EN MARGE, 120 PAGES. ****

COLLECTIF | C'est ce que l'on appelle un livre-objet, un vrai de vrai: on peut déjà vous dire que la tranche des quatrièmes Cahiers de l'Articho formera un angle étrange mais très précis de 45 degrés sur l'étagère de votre bibliothèque. Cette oeuvre graphique et collective, consacrée cette fois aux formes géométriques (après des Cahiers déjà inoubliables consacrés aux lettres de l'alphabet ou au caca), a pris cette fois la forme judicieuse d'un triangle équilatéral. Une couverture de Yassine d'un côté, de Chamo de l'autre, et, à l'intérieur, 36 artistes qui forcément jouent de la contrainte, des espaces et du format pour donner libre cours à leur fantaisie et à leur goût de l'image. Avec son approche purement formelle parfois, ludique très souvent, le collectif Articho affirme son identité aux frontières de l'art contemporain et figuratif, de l'illustration jeunesse, du graphisme, du street art... C'est drôle, c'est beau, mais pour une fois moins belge que lors des opus précédents: seuls Vincent Mathy, José Parrondo et Brecht Vandenbroucke se joignent ce coup-ci à l'ensemble, mais ça en dit déjà long sur la qualité du plateau. Un plateau clairement cornaqué par Yassine, illustrateur et fondateur de l'association Articho, lui-même adepte de pixel art -on lui doit le récent Monsieur Strip-: jeu des couleurs, travail sur la composition et la construction, minimalisme assumé, choix des illustrateurs, livre bien rangé... Ce cahier, dont on craint d'abord d'abîmer la pointe, puis que l'on se surprend à lire et à relire littéralement dans tous les sens, porte sa patte. Précisons aussi que le premier numéro des Cahiers, spécial franco-belge, est désormais épuisé, et que le numéro spécial caca n'avait pas la forme d'un étron. Juste pour ne pas hésiter à se le procurer, aussi.

En savoir plus sur:

Nos partenaires