Bons plans sorties pour le week-end (Mobsters et mafiosi, Music fund, Sound of B...)

12/06/15 à 11:46 - Mise à jour à 11:57

Concerts, clubbing, ciné, expos, scènes... Comme chaque semaine, le meilleur du week-end en un agenda culturel sélectif.

Bons plans sorties pour le week-end (Mobsters et mafiosi, Music fund, Sound of B...)

The Godfather © DR

Mobsters et mafiosi

Jusqu'au 31/08 à la Cinematek, 1000 Bruxelles

Si les honnêtes gens ont inspiré de beaux, de grands films, force est de reconnaître que les hors-la-loi en ont suscité plus encore! "Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film", déclarait un Alfred Hitchcock auquel peu de confrères ont ensuite donné tort. Et quel milieu est plus propice à produire de "bons méchants" que... le "milieu"? La Cinematek en apporte une nouvelle preuve avec une programmation d'été faisant la part belle aux gangsters, à la pègre, tels que la crème des cinéastes a su les cadrer de mémorable façon. Intitulé Mobsters et mafiosi, ce panorama riche d'une bonne soixantaine de films vaut son pesant de sensations fortes et de frissons cinéphiles. Remarquablement composé de classiques incontestables, de parodies piquantes et de raretés sublimes, il se concentre logiquement sur les cinémas américain (surtout) et italien. Bien sûr il y aura The Godfather et le sublime The Godfather II de Coppola. Evidemment il y aura les deux Scarface, celui de Howard Hawks (1932, précurseur absolu!) et le remake halluciné de Brian De Palma (1983). Evidemment s'y ajouteront le monumental Once Upon a Time In America de Sergio Leone, et The Public Enemy de William Wellman, Little Caesar de Mervyn LeRoy et le génial Miller's Crossing des frères Coen. Mais les films moins connus et tout aussi superbes abonderont, entre autres The Funeral d'Abel Ferrara et Point Blank de John Boorman. L'Italie sera très présente, avec notamment Romanzo criminale de Michele Placido et Gomorra de Matteo Garrone. Sans oublier de savoureuses parodies signée Woody Allen (Bullets Over Broadway) ou Roberto Benigni (Johnny Stecchino). Le tout offrant toute la palette des tons et angles différents, parfois même contradictoires, adoptés par le cinéma dans ses flirts sulfureux avec le crime organisé...

www.cinematek.be

--

La Vie n'est pas quelque chose de personnel

Jusqu'au 13/06 à l'Atelier 210, 1040 Bruxelles

La Vie n'est pas quelque chose de personnel est le nouveau spectacle d'une artiste discrète mais très singulière: Elise Vandergoten. Elle nous avait scotché avec Que du bonheur!, un théâtre d'objets, conte de fée cruel et joyeux, sur la figure masculine avec des poupées Ken fort massacrées! Ici, elle convoque pas mal de voix et traverse... la mort, tout en poésie et décalage. Une performance textuelle sur une déclinaison en trois temps de la chute et affirme "Une mort, ça ne se vit qu'une fois, faut faire ça bien"...

www.atelier210.be

--

Who Kills the DJ?

Le 12/06 à la Caserne Fonck, 4020 Liège

Le Kollectif Bunker fête ses deux ans en compagnie du webzine Music To Know. Branché techno et électro teutonne, les Liégeois ont notamment prévu un live de Nasty Plan et une brochette de DJ's, dont l'Allemand Lars Beermann.

www.facebook.com/bunkerkollectif

--

Sound of B

Le 12/06 au Wood, 1000 Bruxelles

Une fois n'est pas coutume, le Wood bruxellois s'offre une soirée Sound of Belgium. Sont invitées pour l'occasion quelques-unes des plus "fines" gâchettes de l'ère (pre-)New Beat, ex-tauliers de l'Ancienne Belgique anversoise (Dikke Ronny) ou du Boccaccio (Olivier Pieters, Eric Powa B).

www.facebook.com/thewoodbrussels

--

Dan Deacon

Le 14/06 au VK, 1080 Bruxelles

Ce grand déconneur de Dan Deacon, esprit aussi tordu que rigolard de l'électronica, sera de passage au VK molenbeekois. Précédé du duo Wume et de cet autre grand fantasque de James Pants, il viendra présenter son récent Gliss Riffer. Prêt pour la farandole?

www.vkconcerts.be

--

Mirrorball

Le 13/06 au Rock en Stock, 7110 La Louvière

Qui se souvient de Mirrorball? Il y a une dizaine d'années à la grosse louche, c'est notamment l'un des premiers groupes dans lesquels on a aperçu Giacomo Panarisi, alias Romano Nervoso, derrière les fûts. Le groupe se reforme ce samedi pour une date unique et caritative: la totalité des bénéfices de la soirée sera ainsi reversée à Music Fund, projet humanitaire qui soutient les musiciens et les écoles de musique des zones de conflit et des pays en développement.

www.musicfund.eu

--

Black Mountain

Le 12/06 au Botanique, 1210 Bruxelles

Ils sont l'un des fers de lance du renouveau du rock psychédélique. Les Canadiens de Black Mountain, fiers de 3 albums, fêtent ces jours-ci le 10e anniversaire de leur premier album, sorti chez le génial label Jagjaguwar. L'occasion d'une réédition deluxe et d'un concert à l'Orangerie qui n'affiche pas encore complet à l'heure d'écrire ces lignes.

www.botanique.be

--

Ke Jipeng

Jusqu'au 25/07 à l'Odradek Residence, 1050 Bruxelles

Odradek est l'un de ces lieux mixtes dont la création a grandement besoin en ces temps de disette artistique paradoxale. A la fois endroit d'exposition et de résidence, cet espace inauguré en 2014 s'est fixé pour ambition de "développer le dialogue entre l'esthétique extrême orientale et l'esthétique occidentale". C'est désormais au tour de Ke Jipeng de creuser le sillon, ce avec une pertinence toute particulière qui nécessite un mot d'explication. Né en 1979 dans la province du Guangdong (Chine), Ke Jipeng a été initié par son père à la peinture à l'encre, une donnée cruciale pour la suite de son parcours. Dès 2003, l'artiste donne cours au Département des Beaux-Arts de l'Université agricole de la Chine du Sud. Un vrai risque quand on sait à quel point l'enseignement peut étouffer la créativité. Initialement fasciné par le pop art, l'intéressé a changé de registre après une résidence en Italie. Cette immersion l'a poussé à un retour salutaire vers ses racines. Il renoue alors avec l'esthétique chinoise traditionnelle. Il se passionne tout particulièrement pour une technique appelée "Ji Mo" ou "couches d'encre" qui bouleverse son approche de la peinture à l'huile. Cet apprentissage est chez lui à la base d'une synthèse assez unique entre les lignes de force de la peinture abstraite occidentale et la voie du bouddhisme Zen qui a pour ambition de mettre à nu les fondements de toute chose. Ici, il s'agit de dépouiller la peinture, pratique intimement liée au temps. Cette approche est renforcée par l'utilisation de la peinture à l'acrylique, dont "les résultats entraînent de l'imprévisible et offrent grâce à l'emploi de l'eau diluée plus de transparence que la peinture à l'huile". Le lien avec l'encre chinoise saute aux yeux: elle aussi fait de la transparence un horizon plein de promesses. Passé, présent et futur sont inextricablement liés, l'oeuvre de Jipeng fait corps avec la temporalité.

www.odradekresidence.be

--

Sorties ciné de la semaine

(les liens mènent à nos critiques)

Le film de la semaine: La Loi du marché ****, alliant coeur et esprit (de lutte);

Jurassic World ***, haletant et spectaculaire;

Voyage en Chine ***, Yolande Moreau mère courage;

Gus petit oiseau, grand voyage ***, charmant film d'animation;

Mes séances de lutte ***, un cinéma ignorant la peur

Un homme idéal **, solennel et prévisible

The Dark Horse ***, une certaine romantisation de la misère

En savoir plus sur:

Nos partenaires