Myriam Leroy
Myriam Leroy
Journaliste
Opinion

30/03/12 à 12:21 - Mise à jour à 12:21

Twitter: le silence est d'or

Fossoyeur du star system, Twitter a six ans. Et beaucoup s'y sont cassé les dents. Éclairage et conseils.

La chronique de Myriam Leroy

"La grosse vache t'encule à sec avec du papier de verre, du Tabasco et un filet de citron!" Joyeux anniversaire Twitter! Grâce à toi, nous avons pu lire cette saillie de Maurane, citation devenue culte suite à une altercation publique sur ton site de microblogging avec un internaute.

Six ans que tu oeuvres à la désacralisation des stars, six ans que le public se sent proche de ses idoles au point de les faire dégringoler de leur piédestal.

On nous l'avait dit mais on avait peine à y croire, en les côtoyant uniquement sur papier glacé: les vedettes sont comme nous. Elles mangent, elles dorment, elles défèquent, elles tombent malades, elles sont parfois moches et stupides, elles font des fautes d'orthographe, elles parlent avant de réfléchir...

L'avantage: elles démontrent ainsi qu'il ne faut pas être un surhomme pour réussir dans la vie.
L'inconvénient: c'est le glamour qui en prend un coup. Le respect, aussi, parfois.

C'est Laure Manaudou qui, à propos des tueries de Toulouse, déclare: "Supprimez ces jeux vidéos à la c... Et ça ira déjà mieux!", avant d'estimer, bombardée d'insultes, qu'il y a trop de négativité sur Twitter et de fermer son compte.

C'est Zaz qui lance: "Essayez au moins d'arriver là où j'en suis maintenant" à ceux qui la critiquent, avant de prétendre que sa défense maladroite provient d'un faux compte.

C'est Nadine Morano qui raconte son Noël en 140 caractères et qui déplore: "Quand j'étais petite à Noël il y avait toujours des films sur la natalité à la télé je regrette qu'il n'y en ait plus" -natalité devant se comprendre nativité.

C'est Teri Hatcher qui plisse le front en TwitPic pour montrer que contrairement à ce que la twittosphère affirme, elle n'abuse pas de Botox.

C'est Mathieu Kassovitz qui "encule" le cinéma français.

Ce sont tous ces érudits qui se tirent une balle dans le pied en partageant du LOL bas du front et en devisant en confondant les accords de participes passés.

Ce sont tous ceux qui utilisent la plateforme qui fête aujourd'hui ses six ans en ignorant ses règles du jeu. Qui sont:

Tu soigneras ton orthographe, 140 caractères c'est trop court pour prétendre à la faute d'inattention. Tu utiliseras ton compte toi-même, et ne laisseras pas ton attaché de presse faire joujou avec. Tu ne raconteras pas ta vie par le menu. Le premier rot de ton bébé, l'état d'avancement des travaux de ta toiture, tu les partageras (idéalement pas) sur Facebook. Mais Twitter, c'est du sérieux, même dans la vanne. Tu y posteras des liens inédits: tweeter le clip de OK Go, vu par ailleurs des millions de fois, te fera passer pour un suiveur, en retard d'une guerre, pas pour la star de première ligne que tu es. Tu ne t'énerveras pas contre tes contradicteurs. Leur existence même prouve que tu as de la notoriété. La bave du crapaud ne doit pas t'atteindre, blanche colombe, ne te rabaisse pas à te justifier auprès d'eux, sauf si tu es très drôle et que tu les retournes comme une crêpe en un post indirectement assassin. La technique est subtile, si tu ne la maîtrises pas, évite.

En résumé, sur Twitter comme ailleurs, le silence est parfois d'or.

Nos partenaires