Laurent Raphaël
Laurent Raphaël
Rédacteur en chef Focus
Opinion

13/06/12 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Tronches de vie

En entendant qu'une expo Photomaton débarquait au Bota, une petite voix intérieure entêtante s'est mise à murmurer: "Pourquoi ne pas y ajouter un volet belge?"

L'édito de Laurent Raphaël

C'est l'un de ces projets un peu fous qui vous traversent l'esprit au hasard d'un carambolage cérébral. Vous auriez raté votre tram ce matin-là que vous n'y auriez peut-être jamais pensé. Toujours est-il qu'en entendant qu'une expo d'envergure sur l'histoire du Photomaton débarquait mi-juin au Bota (lire le Focus du 15 juin), une petite voix intérieure entêtante s'est mise à murmurer: "Pourquoi ne pas y ajouter un volet belge?" Aussi excité que soudain inquiet devant l'ampleur de la tâche, nous voilà en train de sonner le tocsin auprès de tous nos contacts pour tenter de convaincre un maximum d'artistes belges, du Nord comme du Sud ou du centre, du cinéma comme de la musique ou de la scène, d'entrer dans la photocabine Focus pour se faire tirer quatre fois le portrait.

Il faut croire que la nostalgie des clichés d'identité vintage opère toujours puisque ce sont pas moins d'une quarantaine de personnalités phares de la culture qui ont entendu notre appel. Et si certains n'avaient pas été dans la pampa pour cause de tournage (Bouli Lanners) ou coincés dans un embouteillage monstre entre Liège et Bruxelles en voulant nous rejoindre (Baloji), le tableau de chasse aurait été encore plus impressionnant.

Soyons honnêtes, on a un peu rusé. Nous n'avons pas fait défiler physiquement tous ces artistes dans le mini-studio. L'idée nous a effleurés un instant, juste le temps de se rendre compte que ce serait impossible à organiser... Nous avons alors invoqué l'aide de saint-Jobs qui nous a vanté les mérites d'une application iPhone, Incredibooth, qui reproduit les conditions exactes du Photomaton, bruits de flash compris. Grimaces, regards menaçants, visages flous, sourires XXL... toute la gamme des expressions figure dans ce trombinoscope de luxe. C'est ce qui est fascinant avec ce format. Malgré ses contraintes de cadrage, d'arrière-plan et d'éclairage, il révèle une vérité sur chacun d'entre nous. Comme si devant cet objectif miroir, on entrouvrait un instant son âme. Et puisque charité bien ordonnée commence par soi-même, on n'a pas fui nos responsabilités! Pour les Emilie Dequenne, Saule, Jaco Van Dormael, John Stargasm, Michèle Noiret, Jérémie Renier, dEUS et autre Noël Godin, rendez-vous en page 4 du Focus de la semaine...

Nos partenaires