Myriam Leroy
Myriam Leroy
Journaliste
Opinion

18/11/10 à 14:48 - Mise à jour à 14:48

Thierry Ardisson la fronde

Thierry Ardisson est le héros d'un coffret DVD reprenant le meilleur de ses grandes émissions. Nostalgie.

Thierry Ardisson la fronde

© DR

Par Myriam LEROY

Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, il est difficile de dire de Thierry Ardisson qu'il fait de la mauvaise télé. Un coffret DVD, La boîte noire de l'homme en noir, vient rendre justice au talent de celui qui prétendait dernièrement un peu platement que la provoc', c'était s'allumer un joint à la télé (geste à l'appui), et affirmait que c'était du jamais-vu... alors que quelques jours plus tôt, l'humoriste américain Zach Galifianakis tirait sur un pétard (un vrai, celui-là) en direct dans le talk show du génial Bill Maher.

Sept disques, donc, qui retracent sa carrière cathodique exceptionnelle, de Lunettes noires pour nuits blanches à Tout le monde en parle en passant par Double Jeu. Des heures de phrases cultes, de scènes inoubliables et surtout d'interviews concepts, qui sont devenues la marque de l'homme en noir.

Bon, d'accord, ils n'ont pas toujours été du meilleur goût ni de la plus grande pertinence ("Michel Rocard, sucer c'est tromper?"), mais ces entretiens, qui étaient d'un genre nouveau en France dans les années 80 quand Ardisson les a introduits, avaient (et ont encore) au moins le mérite de démontrer un peu de créativité, l'envie de sortir des sentiers battus et des réponses rabâchées.

L'anti-portrait chinois de Gainsbourg dans Lunettes noires était ainsi relativement dispensable (on y apprenait par exemple que s'il était un supplice, il serait "un rat dans le cul"), mais son auto-interrogatoire via son personnage de Gainsbarre ainsi que ses confessions à sa compagne Bambou ("Pour l'instant, c'est toi... ma petite cocotte-minute") en dévoilent plus sur l'artiste et l'homme que bien des explorations chronologiques de sa vie et son oeuvre.

Que du tabac

De faux clashs en questions cons, d'info ou intox en taillage de costards, Thierry Ardisson, 61 ans, a écrit pas mal des plus exceptionnelles pages du PAF. On se rappelle ainsi de l'interview de Dieudonné suite à l'un de ses premiers dérapages antisémites, qui a tourné à l'affrontement. Oui mais à la bagarre verbale d'une classe forçant le respect, l'animateur osant avancer ses idées sans tirer la couverture à lui, et sans manquer de respect à son interlocuteur.

Il semble cependant que l'âge d'or des Ardisonneries soit derrière lui. Depuis la fin de Tout le monde en parle, en effet, ses projets ne prennent plus la lumière comme avant. La faute à qui? Sans doute pas à lui. Mais à l'époque. Jadis la télé tâtonnait, essayait, donnait libre cours à ses idées, qui n'étaient pas encore bridées par un consensus mou imposé par la course à l'audience et celle aux annonceurs. Un changement d'état d'esprit qui fait désormais croire que la plus impétueuse audace est de tirer un joint préroulé de sa poche et de l'exhiber trois secondes avant de promettre qu'il ne s'agit "que" de tabac, pas de panique.

La boîte noire de l'homme en noir. Coffret 7 DVD. Ina Editions.

Nos partenaires