Myriam Leroy
Myriam Leroy
Journaliste
Opinion

14/10/11 à 16:22 - Mise à jour à 16:22

Têtes de séries

Elles donnent quoi, les nouvelles fictions TV américaines? Petite sélection de nos tops et flops.

La chronique de Myriam Leroy

Alors, la rentrée des séries américaines, elle est comment? Elle est bof (refrain connu). Certaines grosses cartouches des réseaux familiaux dont nous attendions avec impatience la tonitruante déflagration se révélant d'ailleurs de simples pétards mouillés.

Nous n'avons bien entendu pas eu l'occasion de tester toutes les nouveautés de cette saison, mais nous nous sommes penchés sur les fictions qui ont fait le plus parler d'elles cet été. Et des quelques épisodes visionnés, nous pouvons déjà dire ceci (to be continued...):

FLOPS

The Playboy Club: Une soupe lyophilisée inconsistante servie par NBC. Préparée dans la marmite des 60's dans laquelle on avait déjà fait bouillir la cultissime production de la petite chaîne AMC Mad Men. N'est pas Matthew Weiner (le showrunner de cette dernière) qui veut. The Playboy Club déploie ses enjeux (meurtres, mafia et romance) en quelques minutes sous les yeux d'un téléspectateur ébahi par tant de banalité. Après 3 épisodes, NBC a décidé d'arrêter les frais.

The New Girl: Certes, Zooey Deschanel sait jouer de ses yeux de faon. Certes, le concept "série de copains, cafète, love stories et rigolade" n'est jamais franchement désagréable à regarder. Mais cette histoire d'adulescente qui emménage dans un repaire de jeunes hommes en rut qui ne la voient même pas est non seulement peu crédible, mais également peu drôle. Problème de rythme, d'écriture de répliques, de casting masculin... On n'a pas encore ressuscité Friends.

Terra Nova: Terra Nova, c'est où? En fait, la bonne question à poser est "Terra Nova, c'est quand?" Puisque le pitch de cette nouvelle production de tonton Spielberg nous emmène dans la préhistoire, où l'humanité menacée par son environnement est progressivement exfiltrée. La zone est pleine d'arbres, de nourriture, d'air pur et de soleil. Le revers de la médaille, c'est que le coin est habité également par des dinosaures, et pour le coup, ce ne sont pas de gentils Denver mais plutôt des monstres sanguinaires qu'on a bien du mal à tenir à distance. Parlant de distance, Terra Nova non plus ne la tient pas. La faute à un casting en toc, une atmosphère trop clean, un spectacle trop familial et des effets spéciaux en bois.

TOPS

Person of Interest: Extrêmement tirée par les cheveux, basse du front, cousue de fil blanc et de grosse action qui fait boum et pan, cette création signée JJ Abrams est néanmoins solidement efficace. C'est l'histoire d'un ancien agent de la CIA devenu SDF, qui est recruté par un mystérieux milliardaire pour combattre le crime avant qu'il ne se produise. Et c'est un plaisir coupable

Homeland: Claire Danes revient aux affaires dans un suspense paranoïaque sur fond de guerre d'Irak et de troubles psychotiques. Une série prometteuse, qui nous fait le plaisir de s'éloigner des standards hollywoodiens.

Pan Am: Le coup de coeur du moment, la saga pleine de charme et dont on sent la capacité à déployer de grandes ailes (pardon pour le mauvais jeu de mots). On est ici dans l'univers des hôtesses et des stewards, dans des 60's reconstituées comme une pub Kinder. Mad Men est la morsure, Pan Am sera peut-être la caresse.

Nos partenaires