Robert Overweg, spécialiste de la fin des mondes virtuels

15/10/10 à 08:53 - Mise à jour à 08:53

Où Gonzaï dévoile les coulisses du lobbying rock amateur, Robert Overweg photographie la fin du monde virtuel, Berlusconi met à mort le cinéma italien, et "Steam of Life" questionne des hommes nus pleins de sueur...

Robert Overweg, spécialiste de la fin des mondes virtuels

© DR

Non, mais c'est quoi ça? Un vent de révolte qui souffle sur la France? Le suivi d'un mot d'ordre du syndicat de la hype? Après l'interview de JB Wizzz dans Vice hier, où l'industrie du disque et des médias en prenait pour son grade sans la moindre exagération, dégommage tout en froide pertinence, voilà que c'est maintenant au tour des zozos de Gonzaï de dévoiler un pan des coulisses du grand cirque médiatico rock and roll 2.0. Ce qu'ils nous racontent, c'est comment les petits groupes amateurs coursent eux-mêmes l'article de presse ou de web sans passer par les attachés de presse et le background promotionnel habituel. C'est-à-dire, bien souvent, en se montrant encore plus lourds, malhabiles et maffieux à la petite semaine que les professionnels. L'horreur, l'horreur, l'horreur...

http://gonzai.com/les-musiciens-anonymes-unsigned-sealed-delivered-i%e2%80%99m-yours

---

Tout gamer a connu ça dans sa vie virtuelle: se retrouver au détour d'une rue modelisée face aux limites du monde, là où le décor se coupe abruptement et où les pixels se font nettement moins soignés. Robert Overweg est un artiste néérlandais se présentant comme un photographe de ces endroits inexistants ailleurs que dans les programmes vidéoludiques. Il expose depuis quelques jours ses captures d'écrans agrandies de jeux tels que Left 4 Dead 2, Half Life 2, Counterstrike et autre Modern Warfare sous le titre The End Of The Virtual World et se dégage de l'ensemble une poésie macabre et étrange, réminiscence de vies antérieures et dédoublées, la pizza sur les genoux en vrai, le flingue au poing devant une armée de mutants dans la télévision.

http://shotbyrobert.com/wordpress/?page_id=102

---

"Dans une période où l'on se serre la ceinture, les gens ne vont tout de même pas manger de la culture." Voilà la raison invoquée par le gouvernement Berlusconi pour supprimer les crédits d'impôts et autres allégements fiscaux dont bénéficiait jusqu'ici le cinéma italien. Selon divers représentants culturels, il s'agit là d'une véritable mise à mort du secteur et quelques syndicats envisagent déjà une bataille au finish, en bloquant notamment des plateaux de télévision. Après la suppression actée de l'UK Film Council, voilà un autre gros nuage au-dessus de la production cinématographique européenne et un dossier de plus à mettre sur la table des éternels débats entre tenants du tout au privé et défenseurs d'une culture populaire subsidiée. Dur aussi dès lors que de trouver des articles non partisans exposant le problème profond!

http://www.lesinrocks.com/cine/cinema-article/t/52430/date/2010-10-13/article/le-cinema-italien-menace-par-le-gouvernement-berlusconi/

---

Encore un film à priori très improbable que l'on vous présente ici: Steam of Life, documentaire tourné entièrement dans des saunas finlandais et questionnant des personnes forcément nues sur l'amour, la mort, la naissance et l'amitié. Au menu, de la vapeur, de la sueur, des bières, des larmes, des rires, de l'émotion et de vraiment magnifiques paysages. Et de la nudité frontale, forcément, ce qui semble générer bien des commentaires puritains sur différents forums discutant du film! Drôle d'époque plus que drôle d'habitude, que nous on dit en en remettant deux louches sur le charbon ardent!

Serge Coosemans

En savoir plus sur:

Nos partenaires