Philippe Cornet
Philippe Cornet
Journaliste musique
Opinion

09/11/12 à 14:56 - Mise à jour à 14:56

Rendez-nous David

Perso, on échangerait bien le retour de Bowie -dont le dernier album remonte à 2003- contre les larsens de Neil Young ou la coke anale de Rod Stewart...

La chronique de Philippe Cornet

Rod Stewart -qui n'a plus fait un disque excitant depuis les seventies- fait reparler de lui via ses mémoires (Rod Stewart: The Biography). Le titre est moins saillant que les détails scabreux: la perte de sa virginité à 16 ans lors d'un festival jazz avec une "femme âgée et corpulente", l'utilisation récurrente de cocaïne via l'anus "afin de ne pas se brûler les cloisons nasales" et le démenti ferme d'un lavage d'estomac après ingestion de la semence d'un groupe de marins en quête de gâteries. Rien que de l'essentiel donc. La bio de Neil Young (Waging Heavy Peace), 67 piges comme Stewart, est d'une autre trempe, empruntant un récit non-chronologique et parsemé de photos inédites, certaines le montrant en famille, avec ses enfants, dont deux souffrent de handicap sévère. Une approche intime pour le vaillant canadien, workaholic notoire: un nouvel album arrive alors que le précédent date de juin. Neil trimballant son incroyable trogne dans d'interminables tournées, ces temps-ci avec ses potes cro-magnons de Crazy Horse.

Accident cardiaque

Ni bio, ni disque, ni tournée pour David Bowie dont le Daily Mail anglais rappelle dans son édition du 19 octobre la spectaculaire inexistence médiatique. Les photos de l'icône -66 ans en janvier- marchant dans les rues de Manhattan montrent un David svelte, casquette, jeans et sweat gris, dark shades. Anonyme. De fait, depuis un concert de charité avec Alicia Keys en novembre 2007, Bowie a abandonné tout signe de vie musicale. Le processus de disparition débute le 25 juin 2004 lors d'un concert allemand: ce qui est initialement pris pour un nerf coincé est en réalité une artère bouchée. Le grand fumeur, ex-cocaïnomane intensif des seventies, sublimé par une carrière majeure, découvre via une angioplastie urgente qu'il n'est que terrien standard. Face à sa mortalité, Bowie va peu à peu espacer ses collaborations -une voix chez TV On The Radio, du live avec Arcade Fire-, les réduisant aujourd'hui à néant, à l'instar de ses projets discographiques persos, au point mort depuis l'album Reality paru il y a neuf ans... Il apparaît à la première new-yorkaise du film de son fils Duncan Jones le 30 avril 2009, mais renonce à inaugurer la statue londonienne de Ziggy Stardust en mars 2012 et ne répond pas à l'invitation des JO de Londres. Renonçant à s'investir dans l'importante expo londonienne de ses costumes et artefacts prévue au Victoria & Albert Museum en 2013. D'après le Daily Mail , il passe son temps à peindre, dessiner et assumer l'éducation de sa fille de 12 ans, Alexandria, née de son union avec le modèle/femme d'affaires Iman. La famille partage un spacieux loft de Soho où madame Bowie prépare à son mari des aliments pauvres en graisse et des sauces "fat free". Personne ne semble croire à un come-back, et si celui-ci advenait, on espère juste éviter un scénario à la Lennon, pour mémoire revolvérisé sur un trottoir de Manhattan après cinq ans de cloisonnement domestique...

Nos partenaires